L'euro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les prix des biens de consommation courante ont pu augmenter à cause des arrondis permis par le passage à l’euro. Cela s’est produit plus particulièrement dans des secteurs relativement peu exposés àla concurrence (restauration, café, coiffure etc.). Toutefois, la hausse de certains prix masque la baisse d’autres biens que nous achetons moins fréquemment. Ainsi, les prix ont baissé dans lesecteur automobile tandis que la Banque Centrale maintient des taux d’intérêt relativement bas (moins élevés qu’aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni). La lutte contre l’inflation a également permis de protégerles épargnants contre la fonte de leur épargne et accru la stabilité macro-économique, propice aux investissements et à l’accession à la propriété.
De même, l’impact de l’euro fort est contrasté ;le cas de l’Allemagne, premier exportateur mondial, illustre bien l’importance de la qualité et de la valeur ajoutée des produits ainsi que de la recherche et du développement. Même si, dansl’immédiat, un euro fort fait perdre des parts de marché à certains groupes, il devrait à moyen terme avoir comme effet bénéfique d’inciter les entreprises à innover pour gagner en compétitivité. En effet, lesconditions plus rigides d’offre dans la zone euro rendent les baisses de salaires difficiles et la monnaie unique encouragerait alors la spécialisation industrielle des pays (par ex. la Suède et lestéléphones portables). L’euro n’a d’ailleurs pas les mêmes répercussions sur tous les secteurs et toutes les entreprises. Si une devise forte pénalise manifestement certains groupes comme EADS, il permetaussi à d’autres entreprises de réduire leurs coûts. Par exemple, Air France-KLM qui a ses principaux postes de dépenses libellés en dollar (carburant, maintenance, loyer opérationnel) a vu le montantde ses charges diminuer avec la hausse de l’euro. Enfin, le prix de l’essence à la pompe serait bien plus élevé si l’euro s’était affaibli entre 2005 et 2007.
L’euro a contribué à la maîtrise...
tracking img