L energie au maroc situation energetique du maroc : des defis et des opportunites

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2534 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I - CONTEXTE ET ‘’SPECIFICITES’’
1. Le Maroc est conscient de sa ‘’vulnérabilité’’

en tant que pays jusqu’à présent non producteur de
ressources énergétiques et dépendant de l’extérieur
pour la quasi totalité de son approvisionnement
(consommation 12 MTEP, + 3 MTEP en bois. Electricité
nette appelée ~18 000 Gwh).Cette consommation reste
relativement faible (0,4TEP/habitant , 480kwh/habitant).
En dix ans , entre 1993 et 2003, la population
marocaine est passée de 25,6 à 29,5 millions
d’habitants, (+1,4 %/an), le PIB a évolué de +3,6 %/an
en moyenne, et l’énergie de +3,3 %/an (l’électricité :
+5,4 %/an).La dépendance de l’extérieur reste de 95 %
et la facture énergétique pèse sur les équilibres
économiques et financiers : 26 Milliards de DH(Renchérissement des cours du Pétrole et du Charbon )
2. L’énergie au Maroc est utilisée essentiellement
comme facteur de production de biens & services,
donc l’augmentation de cette consommation doit malgré
tout être appréciée positivement, car synonyme de
développement industriel et économique , et de
production de richesses et de valeur ajoutée.
Nécessité cependant :
-d’une énergiecompétitive(baisse des tarifs de
l’électricité pour l’ industrie de 35% appliquée au cours
des dernières années)
-d’une consommation rationalisée : amélioration de
la productivité et des performances . La maîtrise de la
demande doit revêtir autant d’importance que
l’organisation de l’offre.
-d’une bonne articulation entre le système de
tarification (signal économique), et la sensibilisationdes
consommateurs (industrie, transport, agriculture) , au
potentiel d’économie extrêmement important (15 % de la
consommation).

3. Mais l’énergie aussi, en tant queconsommation
finale des ménages, constitue un vecteur de
développement économique et social : L’accès à
l’énergie [droit à l’énergie ?] implique la nécessité qu’en
soient assurés les besoins fondamentaux :.Electrification rurale : PERG
*taux d’électrification passé de 20 à 70 %
entre 1995 et 2004,
*généralisation attendue à fin 2007,
*système participatif de financement
(ONE, Collectivités locales, bénéficiaires ),
*implication d’organismes régionaux de
coopération, d’ONG , etc….
.Développement de l’utilisation des GPL, y
compris en milieu rural
*31 centres emplisseurs (Capacité :1,2 Mt)
*30 millions de bouteilles en circulation,
*développement d’infrastructures de
réception et de stockage (SOMAS)…

4. L’énergie doit également contribuer à
résoudre
-la problématique de la sécheresse
-la problématique de l’eau/dessalement
-la problématique de déforestation (possibilités
d’utilisation plus rationnelle du bois de feu).
II- LES DEFIS
Le rôle de l’Etatdemeure déterminant pour ce qui est
de :
1. -veiller à la sécurité d’approvisionnement en
toutes circonstances, et au moindre coût , et ce à
travers :
a) la diversification des formes d’énergie utilisées
.le pétrole ne compte aujourd’hui que pour 60
% dans le bilan énergétique , contre 95 % dans
les années 70.
.la contribution du charbon a progressé depuis
les années 80 en passant de8 % à 31,5 %
aujourd’hui. (57% de l’électricité produits à
partir du charbon).
.le gaz naturel fait sa véritable apparition
dans notre bilan énergétique à partir de 2005,
avec la centrale de Tahaddart qui en
consommera 500 Millions m3/an.
b)La diversification des origines d’importation de
pétrole et de charbon, et le ‘’ panachage‘’ du raffinage
local avec des compléments deproduits raffinés
importés.
c)Le relèvement des niveaux des stocks stratégiques :
investissements en ‘’contenants’’ et en ‘’contenus’’
(Capacités disponibles :1600000m3 en carburants et
180000 t en GPL).
d)La garantie de la sûreté des installations énergétiques
et de la qualité des produits (hygiène, sécurité
technique/ environnement)



2. Encourager l’exploration et le...
tracking img