Résumé

Monsieur Linh, un vieillard fuyant un pays ravagé par la guerre (probablement le Vietnam, bien que cela ne soit pas spécifié), s’embarque avec sa petite fille de quelques mois, Sang diû. Les parents de celle-ci sont morts au cours d’un bombardement, et Monsieur Linh a décidé de lui offrir une meilleure vie ailleurs. Il débarque dans une grande ville grise où il ne sent plus les odeurs de son pays. On l’amène dans un dortoir pour réfugiés où il partage la chambre avec une autre famille de chez lui. Ceux-ci le traitent avec respect, comme il est dû à un vieillard, mais ils n’apprécient guère sa présence. Les hommes de cette famille ne font que jouer au mah-jong ou aux cartes. Pendant une dizaine de jours Monsieur Linh ne sort pas du dortoir, mais finalement les femmes qui régissent les lieux le convainquent d’aller faire une petite marche, malgré sa peur qu’on lui vole sa petite-fille.

Après une longue marche autour du pâté de maisons, il s’assoit sur un banc. Il y est rejoint par Monsieur Bark, un gros monsieur dont la femme travaillait à un manège dans le parc d’en face, avant de mourir il y a deux mois. M. Bark, qui fume incessamment, entreprend une conversation avec M. Linh, qui n’en comprend pas un mot mais qui apprécie le son de la voix de cet homme. Quand Linh lui présente sa petite fille en la nommant « Sans dieu Â» (ainsi le comprend Bark), Bark croit que Linh lui dit « bonjour Â», et quand Linh lui dit « Bonjour Â» – « Tao-laï Â» –, il pense qu’il lui donne son nom. C’est ainsi que Bark en vient à appeler Linh Monsieur Tao-laï, « Monsieur Bonjour Â».

Lire le document complet

Documents relatifs