École des veuves

Pages: 33 (8067 mots) Publié le: 27 avril 2010
L’École des veuves, une métamorphose de la Matrone d’Éphèse.
En se présentant comme un réécrivain c’est-à-dire un écrivain-lecteur et interprète de textes anciens, Cocteau ouvrait la voie à l’idée moderne que l’écriture est toujours une réécriture, voire une métamorphose, faite de mots et d’images, de sons et de gestualité, qui permet aux mythes de constituer « le modèle exemplaire de toutesituation créatrice » (Éliade 45). Cocteau ne prétendait pas refaire Sophocle ou Euripide ni dans ce cas-ci Pétrone, il ne prétendait pas les dénaturer en les actualisant; il a au contraire revendiqué son affiliation et noté ses écarts par rapport aux grandes œuvres de jadis. Les mythes anciens nourrissent des écritures nouvelles, mais ces textes ne prétendent pas être une énième version d’histoiresmillénaires; ils usent consciemment du mythe comme une métaphore qui permet d’impliquer le monde contemporain.
1. Un conte mythique
L’École des veuves trouve son origine dans le conte mythique La Matrone d'Éphèse, tel qu’il est raconté par Pétrone au milieu du 1er siècle après J-C, aux chapitres CXI et CXII du Satyricon. Caius Petronius Arbiter, dit Pétrone, était un homme de lettres et un poètelatin. D’après André Daviault, Pétrone pourrait être considéré comme le premier romancier européen. D’ailleurs, il affirme dans un article, parut dans les actes d’un colloque international[1] sur « La Matrone d'Éphèse », que Le Satyricon est
un récit emblématique de la fable milésienne, types de récits Aristide de Milet au IIe siècle avant J.-C. et dont on sait par diverstémoignages qu’ils consistaient en courtes histoires érotiques, racontées sur le mode licencieux et destinées à divertir, qu’on publiait collectivement dans un recueil. Le conte de La Matrone d’Éphèse de Pétrone est généralement considéré comme l’échantillon le plus représentatif de ce genre de littérature (Daviault 17).

Par ailleurs, Philippe Mudry note que « la fortune littéraire de Pétrone, enparticulier celle du conte de la Matrone d’Éphèse, a été et reste immense. L’histoire traduite, adaptée ou transformée, se retrouve chez une multitude d’auteurs » (Mudry 43). C’est en effet ce que nous annonce Jean de la Fontaine dès les premiers vers de sa fable : « s’il est un conte usé, commun et rebattu » (La Fontaine 403). Pourtant, bien qu’il reconnaisse la multitude des adaptations de ce contemythique, La Fontaine ne résiste pas à l’adapter et le publie pour la première fois en 1682, dans Le poème du Quinquina et autres ouvrages en vers de M. de la Fontaine, puis le reprend, en 1694, pour le joindre au douzième livre de ses Fables. Selon Yasmina Foehr-Janssens, si les fabulistes se sont intéressés à la Matrone d’Éphèse, c’est parce qu’ils « ne cessent de mettre en question les rapportsdu vrai et du faux grâce à une pratique rusée de la vraisemblance. Leurs intrigues s’inscrivent dans un décor que l’on dit réaliste [...] et dans une temporalité qui relève d’un passé suffisamment proche pour être accessible à la mémoire personnelle d’un individu »(Foehr-Janssens 92). Toujours selon Foehr-Janssens, l’histoire de La Matrone d’Éphèse s’opposerait « par son historicité, aux tragédiesanciennes et aux noms connus de longue date » (Foehr-Janssens 92). Plusieurs auteurs français et étrangers reprennent encore le thème. Pour nous en tenir à la littérature française, outre plusieurs fabliaux médiévaux, citons pour le XVIIe siècle Saint- Évremond (1664) et Bussy-Rabutin (1677), les comédies en prose de Nolant de Fatouville, qui fait paraître sa Matrone d’Éphèse ou ArlequinGrapignan à l’hôtel de Bourgogne en 1682, et de Houdar de la Motte qui reprend lui aussi le conte dans un acte en prose, en 1682, et enfin l’opéra de Louis Fuzelier en 1714. De son côté, Charles Perrault évoque La Matrone d’Éphèse dans sa préface de 1695 aux contes en vers :
Toute la moralité qu’on peut tirer de la Matrone d’Éphèse est que souvent les femmes qui semblent les plus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • les veuves
  • Les veuves beaudelaire
  • École
  • ecole
  • Ecole
  • Ecole
  • Ecole
  • Ecole

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !