Être libre est-ce faire ce que l'on veut?

Pages: 20 (4809 mots) Publié le: 12 avril 2011
ETRE LIBRE,  EST-CE FAIRE TOUT CE QUE L’ON VEUT ?

Spontanément, on peut être tenté de définir la liberté comme le pouvoir de se déterminer sans aucune contrainte, d’agir comme bon nous semble, sans nous soucier des contraintes qui peuvent venir entraver notre action. On assimile alors la liberté à l’indépendance : être libre, ce serait ne dépendre de rien ni de personne, avoir toutel’attitude de se déterminer par soi-même. La liberté apparaît alors comme un pouvoir illimité. Cette définition de la liberté comme un absolu peut s’appliquer à cette notion en tant qu’elle concerne l’action humaine en général, auquel cas elle serait le pouvoir de s’abstraire de toute cause ou raison nous poussant à agir d’une certaine manière, comme à la liberté en tant que notion politique, ce qui larendrait contraire à toute d’obéissance et de loi. En outre, cela fait reposer la notion de liberté sur la volonté, entendue comme faculté de se décider, d’opérer des choix sans entrave.
Mais il faut remarquer que ce n’est pas la seule définition possible de la liberté : on peut également la définir comme autonomie, c’est-à-dire comme l’obéissance à une loi que l’on s’est fixé soi-même. Auquel cas,elle ne reposerait plus entièrement sur la volonté, ce pouvoir se heurtant à des limites, la loi dans le cadre politique, et un ensemble de causes et de raisons d’agir, en un sens plus général.
Notre première conception de la liberté n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes, et apparait sous certains aspects comme contradictoire. En effet, il est aisé de voir qu’elle pose unedifficulté de passage à la limite : si tout un chacun est doté , au sein d’une communauté, d’une indépendance sans limite, alors chacun aura à tout moment à craindre d’être réduit en esclavage, puisque rien n’empêche un individu de décider de priver tous les autres de leur liberté, si tel est son désir et s’il a la capacité d’y parvenir. « Faire tout ce que l’on veut » pourrait alors s’entendre comme lefait de satisfaire ses moindres désirs ; sans distinction et sans considération de l’autre, ce qui pourrait faire de certains les esclaves des autres, et nous rendre captifs de nos propres penchants naturels. Il paraîtrait alors plus pertinent de retenir la définition de liberté comme autonomie : la loi apparaitrait alors comme une condition de liberté, en tant qu’elle rendrait compatibles lesvolitions de tout un chacun, de même que la raison, entendue comme la faculté de connaissance nous éclairant dans l’ordre théorique comme dans l’ordre pratique, qui nous protègerait nous-mêmes de nos propres abus, le désir ne conduisant pas nécessairement à notre propre bien. Mais cette conception n’est elle-même pas exempte de reproches : on perd alors le caractère absolu de la liberté ; il nes’agit plus que d’un pouvoir limité, et on est tenté d’y voir une restriction, notre volonté devant se soumettre à notre raison et à la loi. Nous avons donc affaire à une difficulté : soit la liberté est, comme indépendance ou absence de contrainte, un pouvoir absolu qui risque de se supprimer lui-même, soit elle est un pouvoir limité, supposant une négation ou tout au moins une restriction de notrevolonté.
Il convient dès lors de se demander si l’on doit concevoir la liberté comme absence de contrainte ou bien comme autonomie (dans le champ politique), ou encore comme la libre satisfaction de nos désirs pu la soumission à la raison (pour caractériser l’action humaine en général). Autrement dit, la raison et la loi sont-elles des conditions ou des obstacles à notre liberté ? L’obéissance àla loi et à la raison ruine-t-elle la liberté, ou bien lui donne-t-elle toute sa valeur ?

La liberté apparait d’abord comme une forme de spontanéité : il s’agit de suivre sa volonté, de se déterminer librement à agir, en somme de faire de notre volonté la cause de nos actions, indépendamment de toutes causes extérieures pouvant nous pousser à agir. Cela se rapporte au concept de liberté...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Etre libre est faire ce que l'on veut
  • ~>Etre libre est-ce faire ce que l’on veut ?
  • Etre libre, est ce faire ce que l'on veut
  • Etre libre, est ce faire ce que l'on veut
  • Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?
  • Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?
  • Être libre est ce faire ce que l'on veut
  • Être libre, est-ce faire ce que l'on veut ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !