09

Pages: 8 (2842 mots) Publié le: 14 novembre 2015
VICTIME ET SOCIÉTÉ



Intervention de M. Jacques FAGET (Sociologue)

dans nos sociétés, il y a une stratégie de conquête du statut de victime. Pour être victime, ce n’est pas facile, il faut deux conditions minimales:
il faut que quelqu’un se plaigne, ie qu’il revendique le statut de victime. Le même fait peut être perçu de manière différente par les acteurs sociaux.
Il faut que cetterevendication soit acceptée, ie il faut être reconnu par les autres comme victime. Pour être reconnu comme tel, il faut être une « bonne » victime, ie il faut que la victimisation soit en conformité avec les valeurs sociales dominantes, et il faut qu’il y ait des processus d’identification sociale. Il faut donc une relative proximité entre la situation de la victime et des citoyens.

Nos sociétés nevalorisent plus le mythe du héros mais la victime. Nos sociétés recherchent la compassion d’autrui, nous sommes dans une société de réparation généralisée. Le processus de judiciarisation croissant est symptomatique de la course à la victimisation, alors même que la violence n’a jamais été aussi basse, et que les conditions de vie n’ont jamais été aussi bonnes.

Trois raisons:
une hypothèsescientifique: avec le progrès scientifique, on cherche à savoir davantage que par le passé et on recherche frénétiquement des responsabilités. Cette recherche de responsabilité induit des processus victimaires.
Une hypothèse institutionnelle: On peut analyser la pulsion victimaire comme une conséquence des effets pervers de l’Etat providence, par le développement d’attitude de dépendance. Nous sommesassurés et protégés comme jamais nous l’avons été et des mécanismes de solidarité institutionnelle ont remplacé des mécanismes de solidarité naturelle.
Une hypothèse juridique: la montée des droits subjectifs a favorisé la montée des revendications juridiques des citoyens, qui recherchent une égalité réelle.
Une hypothèse sociale: la culture du bien-être a créé une intolérance à l’événement quiviendrait bouleverser l’harmonie et le bien-être auxquels aspirent les sociétés occidentales.
Une hypothèse politique: à partir des années 1970, les démocraties ont construit un imaginaire de la sécurité, qui est parallèle à notre propension à s’inscrire en victime. Le désenchantement du monde théorisé par Marcel GAUCHET a rendu plus difficile les cadres de pensée permettant d’expliquer le monde.Tous les bouleversements récents ont rendu les citoyens insécures. Or, les sociétés ont focalisé l’insécurité sur la question de la criminalité. Les sociétés ont substitué la peur à une angoisse diffuse d’incompréhension du monde, et activer la figure du criminel et du mal. Cela a génère une demande de protection de la part du citoyen, qui est antinomique avec la revendication concomitante deliberté et d’autonomie des citoyens.

Nos politiques pénales sont devenues compassionnelles, construites autour de la figure de la victime:
elles nécessitent un fait divers. Il cultive une culture de la douleur et de l’émotionnel. On organise des rituels politiques de compassion (on se déplace au domicile des victimes), on construit un discours émotionnel. Un projet de loi sera ensuite bâti, unefixation sur l’agenda politique interviendra rapidement, mais souvent, le décret d’application n’interviendra pas où il n’y aura pas les crédits budgétaire pour mettre cette réforme en oeuvre. Cela participe de la politique spectacle et cultive l’idéologie victimaire.

Des enjeux éco très lucratifs se greffent derrière ce processus de victimisation (sociétés de sécurité, télésurveillance, etc).

Leproblème de la victime est une construction socio-politique.



Intervention de M. Christophe SOULIEZ (Chargé de mission INHES)

Les enquêtes de victimation ont été mises en place depuis 3 ans en France. Elles contribuent à donner plus de place à la victime dans nos sociétés.

L’Observatoire national de la délinquance a été créé en 2004, en vue d’analyser les statistiques sur la criminalité, la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • 09
  • 09
  • 09
  • 09
  • Manuel Qualite 09 09 2014
  • is 09
  • DROIT 09
  • 11/09

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !