20080307_landemore

8187 mots 33 pages
La démocratie représentative est-elle réellement démocratique ?
Hélène LANDEMORE

La représentation trahit-elle ou accomplit-elle l’idée démocratique ? N’est-elle au fond qu’un détournement par les élites de la souveraineté populaire ou permet-elle au contraire l’émergence d’une véritable volonté démocratique? Nadia Urbinati et Bernard
Manin en débattent dans un entretien réalisé en anglais par Hélène Landemore, à New
York en avril 2007, dont voici les principaux extraits.

Origine de la démocratie représentative
Hélène Landemore : Bernard Manin et Nadia Urbinati, vous avez tous deux écrit des livres aux titres proches, respectivement Les principes du gouvernement représentatif (CalmannLévy, 1995) et Representative Democracy : Principles And Genealogy (University of Chicago
Press, 2006). Mais la représentation n'est pas forcément démocratique et la démocratie n'est pas forcément représentative. Comment ces deux concepts se sont-ils rencontrés d'un point de vue historique? Et quand le concept de démocratie représentative apparaît-il pour la première fois ?

N. Urbinati : Selon Gordon Wood, l'expression a été utilisée pour la première fois par
Alexandre Hamilton en 1777 dans une lettre à Gouverneur Morris. La Révolution
Américaine, contrairement à la Révolution française, n’a pas fait l’expérience d’un conflit dramatique entre souveraineté populaire et représentation et a sans doute fourni le premier effort décisif pour dissocier la démocratie des Modernes de celle des Anciens, c'est-à-dire la démocratie « représentative » de la démocratie « pure ». Afin de marquer la séparation et d’éviter toute confusion, les leaders américains ont préférés utiliser le terme « républicain » pour caractériser leur gouvernement populaire. En tous les cas, le terme « démocratie

représentative » était utilisé de manière plus systématique au début des années 1790, en particulier par Paine, Condorcet et Sieyès. Dans les Bases de l’ordre social (1794), Sieyès opère une distinction

en relation