Aide commentaire leibniz

1478 mots 6 pages
"... il y a une lumière née avec nous. Car puisque les sens et les inductions ne nous sauraient jamais apprendre des vérités tout à fait universelles, ni ce qui est absolument nécessaire, mais seulement ce qui est, et ce qui se trouve dans des exemples particuliers, et puisque nous connaissons cependant des vérités nécessaires et universelles des sciences, en quoi nous sommes privilégiés au-dessus des bêtes : il s'ensuit que nous avons tiré ces vérités en partie de ce qui est en nous. Ainsi peut-on y mener un enfant par de simples interrogations à la manière de Socrate, sans lui rien dire, et sans le rien faire expérimenter sur la vérité de ce qu'on lui demande. Et cela se pourrait pratiquer fort aisément dans les nombres, et autres matières approchantes.

Je demeure cependant d'accord que, dans le présent état, les sens externes nous sont nécessaires pour penser, et que, si nous n'en avions eu aucun, nous ne penserions pas. Mais ce qui est nécessaire pour quelque chose, n'en fait point l'essence pour cela. L'air nous est nécessaire pour la vie, mais notre vie est autre chose que l'air. Les sens nous fournissent de la matière pour le raisonnement, et nous n'avons jamais des pensées si abstraites, que quelque chose de sensible ne s'y mêle ; mais le raisonnement demande encore autre chose que ce qui est sensible."

Leibniz
=======================

= D'où viennent les idées? L'opinion, qui ne réfléchit pas, répondra: les idées sont des formes atténuées des impressions sensibles.
Pourtant l'esprit développe des virtualités qui n'ont rien à voir avec la particularité des expériences.

D'où lui vient la raison et ses grands principes: on ne voit jamais l'identité, la causalité, la contradiction? C'est l'esprit qui y accède par sa propre activité.

Entre ceux qui disent que les idées viennent de l'expérience et ceux pour qui les idées sont innées, Leibniz, pour ainsi dire ,s'interpose et reconnaît à chacun une part de vérité.

= Lisons le texte ensemble:

en relation

  • Philo
    792 mots | 4 pages
  • Candide Definitivo
    634 mots | 3 pages
  • Resumé candide voltaire
    2227 mots | 9 pages
  • Vivre
    1407 mots | 6 pages
  • L'algorithme
    3994 mots | 16 pages
  • Bio de leibniz
    6655 mots | 27 pages
  • En 1754 Voltaire écrivait : « J’ai toujours regardé le travail comme la plus grande consolation pour les malheurs inséparables de la condition humaine ».
    907 mots | 4 pages
  • la vie
    3625 mots | 15 pages
  • Biniaire
    3324 mots | 14 pages
  • Philosophie et religion
    7263 mots | 30 pages