Analyse menonou de la vertu

Pages: 5 (1208 mots) Publié le: 13 mars 2011
Dubray charlene TL2
Plan n°2 : fiche de lecture « Menon ou de la vertu » de Platon

La vertu :
Définition du glossaire : Le mot « arete » en Grec signifie vertu aussi bien que courage ou habilité. Les Grecs considèrent que c’est leur qualitépropre. Pour la majorité des citoyens Athéniens la vertu est donc le talent de l’homme politique, l’excellence du citoyen. Platon revient sur la définition de ce mot pour lui redonner un sens moral qui soit intimement lié à l’idée de justice.
Définition du dictionnaire : Disposition consistant à faire le bien et à éviter le mal.
Qualité particulière (ex : la patience n’est pas sa premièrevertu)
Qualité propre à produire un effet (ex : les vertus d’une plante)

1. Les thèses :
L’ouvrage est un dialogue entre Socrate, Menon ( un ami de Socrate), un esclave de Menon et Anytos.
Menon engage la conversation avec Socrate par une question sur laquelle tourne tout le dialogue. L’ouvrage est une réponse à :
Menon :
« Me dirais-tu bien, Socrate, si la vertu peut s’enseigner, ou sielle ne le peut pas et ne s’acquiert que par la pratique ; ou enfin si elle ne dépend ni de la pratique ni de l’enseignement, et si elle se trouve dans les hommes naturellement ; ou de quelque autre manière ? »

Socrate lui-même n’ayant pas de définition précise de la vertu ne pouvait répondre à Menon et demande donc à ce dernier la définition de LA vertu, la seule l’unique. Mais ce dernier nerépond pas aux attentes de Socrate et donne plutôt une définition au cas par cas (que chaque vertu dépend soit de l’âge où du sexe de l’individu). Socrate soutient alors que la vertu ne diffère d’un être à un autre. Menon accepte alors de suivre la démarche de Socrate pour pourvoir définir la vertu universelle.
Socrate tente en prenant des exemples d’en tirer des définitions générales (ici il pritla définition de la couleur et de la forme ; pour démontrer à son ami que la vertu ne diffère pas il explique que la blancheur n’est pas la définition de la couleur et que la rondeur n’est pas celle de la forme).
En comprenant les exigences de Socrate, Menon donne une nouvelle définition : « J’appelle vertueux celui qui désire les belles choses, et peut s’en procurer la jouissance. »
Cetteconclusion ne plaisant toujours pas à Socrate , qu’il juge bien trop vague, en l’analysant en deux parties :
Première : opposition bien /mal peut-on désirer le mal ? Question/ réponse
Menon soutient que oui.
Conclusion : on peut désirer le mal en l’ignorant comme tel, mais on ne peut le désirer en le considérant comme nuisible.
Deuxième : « avoir le pouvoir de ce procurer ce qui est bon » Menonentend ici « bon » comme des biens tel que le courage ou la santé mais la relation pouvoir/vertu n’a pas de sens puisque «  l’acquisition des biens est vertueuse que si c’est fait justement »
Socrate fait ici un lien entre la vertu et la justice.
Puis menon demande finalement « comment trouver ce que l’on ignore ? » Socrate expose une théorie comme quoi si l’âme est immortelle (et il en estpersuadé) elle est née plusieurs fois et donc il n’est rien qu’elle n’est appris, elle est donc en mesure de se « ressouvenir » de ce qu’elle a déjà appris antérieurement. Et pour prouver sa théorie, il fait entrer un esclave de menon, auquel il fait subir une série de questions qui n’appuie pas vraiment sa théorie puisque cette série résulte plus de la déduction et de la logique que d’un souvenird’une vie antérieure. Menon convaincu, il laisse Socrate poursuivre et arriver réfléchir de façon hypothétique sur « la vertu peut-elle s’enseigner ? »
« SI la vertu est une science elle peut donc s’enseigner »
Pour tenter de prouver cela, Socrate et Menon en déduise que pour apprendre il faut un maître et en cherchant ils trouvèrent des maîtres pour les arts et les sciences mais rien pour...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Analyse stratégique : vertu et le marché premium des téléphones portables
  • Vertu
  • La vertu
  • la vertu
  • Vertu
  • La vertu
  • la vertue
  • De la vertu

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !