Apparence

252 mots 2 pages
Un début de problématisation ... La distinction entre apparence et réalité suppose que l’homme soit parvenu à la science et ait déterminé le statut de ce qui appartient aux impressions : il y a ce que l’on perçoit, et ce qui est, sans que ces deux ordres soient réductibles l’un à l’autre. Or, ce qui est, est d’abord dans les sens ou dans les idées : je ne conclus à la réalité de quelque chose que parce que j’en ai d’abord reçu l’impression. Si je vois un arbre, réellement, c’est que j’ai d’abord perçu, eu l’impression sensible de cet arbre. Je conclu donc semble-t-il à a réalité à partir de l’apparence. Or, il y a ici un problème : si la réalité est en premier lieu donnée par la perception ou l’idée claire évidente, comment peut-on distinguer réalité et apparence, et comment passer de l’une à l’autre ? La réalité ne peut-elle pas être une apparence persistante, cohérente ?
Ce problème redoutable se greffe sur ce que les philosophes ont toujours mis en lumière : c’est que les sens « nous trompent quelquefois », comme le dit Descartes. Ce qui apparaît, se montre, se donne aux sens, est toujours révocable en doute, car je peux toujours me tromper ou être trompé. Les apparences peuvent tromper comme elles peuvent manifester ce qui est, semble-t-il.
Est-ce pourtant l’apparence qui nous trompe, et trompe-t-elle nécessairement ? L’apparence ne peut-elle être apparence, manifestation de la réalité telle qu’elle est ? Les apparences sont-elles nécessairement trompeuses

en relation

  • Les apparences
    360 mots | 2 pages
  • Apparence
    1404 mots | 6 pages
  • L apparence
    917 mots | 4 pages
  • apparence
    1060 mots | 5 pages
  • apparences
    655 mots | 3 pages
  • Apparences
    447 mots | 2 pages
  • Apparence
    1021 mots | 5 pages
  • Apparence physique
    712 mots | 3 pages
  • au delà des apparences
    65086 mots | 261 pages
  • Dissertation apparence
    1490 mots | 6 pages