« Après avoir montré que la population des chômeurs reste hétérogène, expliquez qu’elle peut, sous certaines conditions, constituer un groupe social. »

1622 mots 7 pages
« Après avoir montré que la population des chômeurs reste hétérogène, expliquez qu’elle peut, sous certaines conditions, constituer un groupe social. »

Entre 2005 et 2007, le taux de chômage en France métropolitaine est passé de près de 10% à moins de 8%, promettant de renouer, après une stagnation de cinq années, avec la baisse connue à la fin des années 1990 (de près de 12% à 9%.) C’était sans compter sur les effets de la crise financière internationale : selon l’OFCE, le taux de chômage pourrait atteindre 11%, en France, fin 2010.
En fait, l’hexagone a, depuis les années 1980, une triste tradition de fort taux de chômage—constamment supérieur à la moyenne des pays du G7, de l’OCDE, et de l’Union Européenne. S’ensuit-il pour autant que les chômeurs constituent un groupe à part entière au sein de la population Française ? Les avis divergent, à ce sujet. Si l’analyse traditionnelle exclut, en raison de leurs définitions, que le chômage puisse être constitutif d’un groupe social, certaines approches plus récentes objectent, que ‘‘les chômeurs’’ pourraient bien constituer plus qu’une simple catégorie sociologique. Les deux conceptions ne sont d’ailleurs pas nécessairement incompatibles : il est possible que le chômage soit une statistique portant sur une population hétérogène dont ‘‘les chômeurs’’ représentent un sous-groupe relativement homogène : ceux, précisément, pour qui le chômage est plus qu’une simple dénomination extérieure et transitoire—une situation prévisible, durable ou récurrente, et identificatoire. Surtout s’ils composent, avec d’autres, une nouvelle classe inférieure touchée par le sous-emploi.

Au sens du Bureau International du Travail, un chômeur est un individu en âge de travailler et dénué d’emploi, bien qu’il en cherche un. Être chômeur, c’est donc faire partie de la population active, mais non de la population active employée. Pour cette raison, le chômage est par définition transversal : coextensif à la nomenclature des

en relation

  • Sociologie du travail
    24710 mots | 99 pages
  • 2013 Ch2 groupes sociaux
    5845 mots | 24 pages
  • Travail et emploi
    24824 mots | 100 pages
  • Economie génréal 2008
    120978 mots | 484 pages
  • SocioPolitique
    8906 mots | 36 pages
  • Economie 2 année
    90472 mots | 362 pages
  • Corrigé eco
    19953 mots | 80 pages
  • science economique et social
    7550 mots | 31 pages
  • Cadeau
    178891 mots | 716 pages
  • Cours de macroéconomie
    53286 mots | 214 pages