Aristote

Pages: 11 (2687 mots) Publié le: 21 juillet 2013
« Nous avons besoin de relations pour nous accomplir, pas pour nous définir »

Philosophie politique

Communautaristes et communautariens
Introduction – 1° John Rawls et la théorie de la justice 1/3 (é.35) – 2° John Rawls et les inégalités naturelles 2/3 (é.36) – 3° John Rawls et l’idéal démocratique 3/3 (é.37) – 4° Robert Nozick et le libéralisme philosophique 1/2 – 5° Robert Nozick et lacritique de l’égalitarisme 2/2 – 6° Alasdair MacIntyre et la morale d’Aristote 1/3 – 7° Alasdair MacIntyre et l’échec des Lumières 2/3 (é.41) – 8° Alasdair MacIntyre et la tradition éclatée 3/3 – 9° Charles Taylor et le multiculturalisme (é.43) – 10° Macé-Scaron et la tentation communautariste (é.44) – 11° Michaël Sandel et la critique du moi libéral (é.45) – 12° Michaël Walzer et le complexe del’égalité

9. Charles Taylor et le mul ticulturalis me
MacIntyre a attiré notre attention sur le fait que la tradition constitue le fonds indépassable de toute culture. Il a été particulièrement sensible à la difficulté de surmonter le « conflit des traditions ». Trente ans plus tard (1992), le philosophe canadien Charles Taylor, professeur à l’Université MacGrill au Québec, entend dépasser ladifficulté — sans jamais citer MacIntyre — dans un ouvrage très court : Multiculturalisme. Différence et démocratie. Il suscite, tout comme le fit John Rawls, réactions et débats dans les milieux de la philosophie universitaire.

Le contexte du « politicaly correct »
La philosophie politique classique s’était enracinée dans une tradition de fiction originelle, au moins depuis Thomas Hobbes, surl’émergence de la politique, de la morale et de la vie en société civilisée. On retrouve encore quelques traces timides du rôle de l’imagination philosophique chez MacIntyre, à travers ce qu’il appelle « une proposition dérangeante » : que resterait-il d’une culture si l’on faisait abstraction de son histoire intellectuelle ? Rawls s’était demandé, avec plus d’arrogance imaginative, si, derrière un «voile d’ignorance », quant à leurs intérêts personnels égoïstes, les hommes ne pourraient pas trouver un consensus pour mettre sur pied

une société respectueuse de la justice et de la liberté (voir fiches précédentes). Avec Charles Taylor, l’imagination du philosophe quitte le champ de la réflexion ; et c’est peut-être aussi la philosophie politique qui fout le camp. Car, cette fois,problématiques et pistes de recherches sont muselées et deviennent d’une étrange indigence : les philosophes ne nous avaient pas habitués à cela… L’essai de Taylor inclus dans Multiculturalisme Différence et démocratie (Flammarion) s’intitule : La politique de reconnaissance. L’auteur commence par établir une distinction entre « besoin de reconnaissance » et « exigence de reconnaissance ». Le premier lui sembleà l’œuvre derrière les mouvements

Classement : 3Cc19

** cf. le glossaire PaTer Aller au dossier d’origine de ce texte - Aller à l’accueil du Réseau-Regain

version 1.1 • 04/ 2012

1/5

politiques nationalistes ; la seconde dans la « politique des groupes minoritaires ou subalternes, dans certaines formes de féminisme et dans ce qu’on appelle aujourd’hui la politique «multiculturaliste ». (Loc. cit., p. 41). La justification de la reconnaissance s’appuie sur la préoccupation d’identité. Les hiérarchies sociales étant fondées sur l’honneur, dans l’Ancien Régime, celui-là a donc disparu depuis l’effondrement de celui-ci. La question de la reconnaissance devient difficile, car « pour que certains aient de l’honneur, il est essentiel que tous n’en soient pas dotés » ; or lessociétés modernes sont égalitaristes. Traduisons : elles font disparaître le sens de l’honneur, donc ne répondent plus directement à l’aspiration d’identité personnelle. La démocratie n’a d’autre ressource, pour tenter de répondre à cette aspiration, que de remplacer la notion d’honneur par celle de dignité, « utilisée à présent dans un sens universaliste et égalitaire lorsqu’on parle de la «...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Aristote
  • Aristote
  • Aristote
  • aristote
  • Aristote
  • Aristote
  • Aristote
  • Aristote

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !