charles baudelaire

439 mots 2 pages
Charles-Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort dans la même ville le 31 août 1867 à 46 ans, il occupe une place considérable parmi les poètes français pour un recueil. Il a tenté de tisser des liens entre le mal et la beauté, le bonheur fugitif et l'idéal inaccessible, la violence et la volupté , mais aussi entre le poète et son lecteur (« Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère ») et même entre les artistes à travers les âges .
Le poème parle sur les aveugles, mais la description qu’il fait d’eux est surprenante, paradoxale, il va à l’encontre de l’opinion courante. La surprise vient du fait que Baudelaire semble insensible au malheur des aveugles. Il les décrit avec des adjectifs péjoratifs qui ne laissent a priori transparaitre aucune compassion ( vraiment affreux, terrible, ridicules). L’adjectif affreux, à la fin du premier vers, est renforcé par l’adverbe vraiment et l’allitération en r qui se poursuit dans les vers suivants; vraiment affreux, pareils aux mannequins, vaguement ridicules, terribles. Cette accroche est d’autant plus surprenante que le poème s’ouvre sur le verbe CONTEMPLER. Ceci conduit le lecteur à attendre quelque chose de beau et d’admirable. Or survient l’adjectif affreux qui rompt harmonie attendue. Baudelaire s’attarde ensuite sur quelques caractéristiques des aveugles. Il souligne tout d’abord leur démarche disloquée, qui tend à faire rire. C’est ainsi qu’il faut comprendre la référence aux mannequins au vers 2.Il n’évoque pas les ambassadrices de défilés de mode, mais les statues articulées que l’on trouve dans les ateliers d’artiste et dont les mouvements sont saccadés. Puis Baudelaire fait référence a un élément essentiel dans le poème : le regard des aveugles. On révèle ainsi le champ lexical de la vue dans ce sonnet : globes, ténébreux, yeux, regardaient, le noir, vois. De plus, la façon des aveugles de diriger leur regard vers le ciel est au cœur de la compréhension du poème. Il faut

en relation

  • Charles baudelaire
    1258 mots | 6 pages
  • Charles baudelaire
    1112 mots | 5 pages
  • Charles baudelaire
    1978 mots | 8 pages
  • Charles baudelaire
    821 mots | 4 pages
  • Charles baudelaires
    562 mots | 3 pages
  • Charles baudelaire
    319 mots | 2 pages
  • Charles baudelaire
    1577 mots | 7 pages
  • Charles baudelaire
    787 mots | 4 pages
  • Baudelaire, charles
    802 mots | 4 pages
  • Charles baudelaire
    4963 mots | 20 pages