Charllemagne, empereur d'occident

2051 mots 9 pages
Dissertation : Charlemagne, Empereur d'occident ?

Parmi tous les Carolingiens, Charlemagne fut l'Empereur qui mena la dynastie à son apogée. En effet, le fils de Pépin le Bref réussit à ce que l’Europe occidentale passe du morcellement à l’unité, usant du droit et de son charisme pour se faire. Force est de constater qu'avec cet Empereur, l'ancien royaume des Francs connut à nouveau une expansion importante et devint une formation prépondérante. De plus, il aboutit à la restauration de l’Empire romain en 800, en s'alliant avec l'Église. En effet, Charlemagne est couronné empereur à Rome le 25 décembre 800 par le pape Léon III. Cette renaissance d'un nouvel Empire d'occident conserva son unité jusqu’à la mort de son fils Louis le Pieux. A cette époque, entre les trois pouvoirs que sont l’Empire, la royauté et la papauté, il n'y avait plus que la royauté qui demeurait en place. Charlemagne comprit qu'il s’agissait donc de restaurer l’Empire à la fois en utilisant, mais aussi en légitimant la puissance ecclésiastique. Il s'attacha à restaurer la partie occidentale de l’Empire romain, seule la partie orientale demeurait en 800. La renaissance de l’Empire fut ainsi encore un moyen pour la papauté d’étendre son influence spirituelle sur toute l'Europe. Cependant, même si ce renouveau de l’Empire semblait profiter à chaque force en présence, il ne fut que bref car dès la subrogation de Charlemagne, il ne tardait pas à se déliter. Le règne de Charlemagne s'éteignant, son fils Louis le Pieux ne réussit pas à maintenir l'unité du territoire de l'Empire. Il semble donc pertinent de s'interroger quant à l'étendue de la reconnaissance de Charlemagne en tant qu'Empereur d'Occident. Pour ce faire, il paraît pertinent d'étudier en premier lieu la renaissance de l'Empire romain d'occident (I) puis dans un deuxième temps les carences de l'Empire carolingien (II)
Aux VIIème et IXème siècles, germanité, romanité et chrétienté se mélangent. L’héritage romain en

en relation

  • Histoire des sources du droit
    21275 mots | 86 pages