Chine en 2005

Pages: 10 (2367 mots) Publié le: 20 mars 2014
Chine – 2005

Sommaire : Pékin page 1
La Cité interdite page 6
La grande Muraille page 7
Tombes Ming page 9
Le palais d’été page 10
Parc Béhaï et parc Jingshan page 13
Mongolieintérieure page 16
Gansù – Lanzhou page 18
Xinjiang – Urumqï page 21
Shanxi – Taiyuan page 24

Cela s’est décidé rapidement : en juillet, nous avions invité Jean-Paul Ferrif et Irany à passer quelques jours à Esparros où il m’annonce qu’il va peut-être aller en Chine en août prochain, pour le compte d’unsemencier français, installé au Chili. Il désire lui faire faire le compte rendu technique des essais de Tournesol qu’il a fourni l’année précédente, en Chine. Aussitôt, je lui demande de me prendre en qualité quelconque, pourquoi pas de photographe, pour l’accompagner : je prendrais à ma charge tous les frais me concernant !
Après avoir demandé l’accord au boss, lequel accepte sous condition queles Chinois n’y voient pas d’inconvénients : ils sont okay. Je dois donc fournir mes documents sous huitaine pour notre départ du dimanche 21 août 2005.
Lundi 22 août 2005
Nous arrivons à l’aéroport de Pékin (Beijing) vers 10h30 (locale) : le correspondant de Jean-Paul nous attend avec son chauffeur. Il est en fait l’importateur général de semences et va faire sa tournée avec nous pour les mêmesraisons : voir les résultats obtenus chez ses divers grossistes par ces fameux « sunflower » qui en fait sont produits non pour l’huile mais consommés en ‘amuse-gueule’ du type « pipas » espagnoles, dont les Chinois sont friands. Il s’agit certes d’une niche commerciale, mais sur 1,3 milliards d’habitants, ce créneau en intéresse plus d’un !
L’autoroute qui nous amène à Pékin est à l’échelle, lespéages sont à l’image du pays : d’entrée, nous sommes dans l’ambiance ! Nous sommes logés au Keikang hôtel, sur le 3° périphérique, mais pour le dernier week-end, nous irons au Novotel, plus central.
En ville, nous sommes vite fascinés par diverses scènes de vie, qui vont des plus sophistiquées dans le centre, aux plus modestes dans les quartiers anciens.
L’urbanisation sait être moderne, avecune culture artistique certaine, mais à côté, le quotidien est à l’image du début du XX° siècle.
J’ai vu des pêcheurs vendre des poissons pris dans le canal de ceinture de la Cité Interdite, après une cérémonie qui semblait tenir aux remerciements de dame nature, sinon à une prière s’adressant aux dieux de la mer…
J’ai vu des gens laver leur linge su le trottoir, mais j’ai vu des gens dormir surle trottoir, près de leur échoppe et d’autres encore jouer en public !
Dans le centre commercial, non loin du Novotel où nous sommes logés, il n’est pas rare de se faire aborder par des étudiants ou des étudiantes, au prétexte de parler anglais avec des étrangers. La plus part du temps, c’est pour l’occasion de nous rabattre vers un parent, un ami, qui fait de l’artisanat d’art ou qui vends destableaux ou autres souvenirs pour touristes.
Nous avons été entraînés dans un appartement ou le propriétaire, après avoir longuement discuté avec nous, nous a effectivement vendu quelques aquarelles à un prix des plus raisonnables.
A l’occasion de ces photos « volées », je faisais tout de même attention à rester discret, mais je n’ai rencontré que quelques sourires furtifs lorsque j’étaissurpris, avec la nette impression que leur étonnement restait bienveillante.
En rentrant à l’hôtel, un soir, j’aperçois devant moi, sur le trottoir, un gamin de 7 ou 8 ans qui dort, à même le sol, quelques objets étalés près de lui, dont une bouteille de Coca (chinoise), entamée. Plus loin, depuis le trottoir d’en face, une jeune femme traverse la rue, s’approche du gamin , se baisse, prends la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • 2005
  • Chine
  • chine
  • La chine
  • chine
  • La chine
  • La chine
  • La chine

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !