Classe

Pages: 2 (278 mots) Publié le: 5 mai 2011
tais. On avait fait l’amour avec une émotion particulière. Et puis, je me sentais… spéciale. J’ai accueilli la nouvelle avec une joie énorme.Aujourd’hui, j’ai du mal à suivre mon corps. J’ai sommeil, faim, des écoeurements soudains. Les gens me disent que c’est normal, mais au moment où onle vit, c’est sans recul. Ma mère m’a raconté qu’elle n’avait pas assez de lait, que je hurlais de faim. J’ai l’impression de revivre ça. La faimm’insécurise, la nourriture m’apaise. La nuit, je dors très mal. J’ai des idées noires. Je ne suis plus celle que je connais depuis trente-sept ans. Jeme sens parfois comme une mutante avec un alien dans le ventre. Les échographies me rassurent. À la première, j’étais ébahie. J’ai pensé : “Ah, tevoilà, toi !” Je l’ai trouvé très beau, une perfection en miniature. Lorsque je me décourage, son cliché me renforce. Par moments, je m’en veux deme sentir si mal. Je ne me trouve pas assez accueillante. Mes rondeurs me rappellent mes complexes d’adolescente. Mon homme aime mon corps, tantmieux. Le ventre tendu et bleui de celles dont la grossesse est plus avancée m’effraie. Je ne peux pas encore penser à l’accouchement, c’est troptôt. Je peine déjà à réaliser que je fais un enfant. Souvent, je regarde mon homme et je lui dis : “Tu te rends compte, on fait un enfant…” En dépitde tout ça, l’émotion m’étreint. Puis d’autres angoisses me gagnent. Je voudrais être plus accomplie professionnellement. Comme si cette gross
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • C est la classe
  • classe
  • la classe
  • Classes
  • Classe de n
  • Classe
  • La classe
  • Classe ouvrière et classe moyenne

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !