classicisme

3283 mots 14 pages
Introduction :
Qui ne connait au moins les premiers vers du corbeau et du renard, ou le thème de l’avare ? L’enseignement a toujours familiarisé les français avec « les grands classiques » terme pompeux derrière lequel on range pèle mêle Molière, Boileau, Racine, La fontaine …Ces grands auteurs ont marqué l’Europe du XVIIe et ont fait de leurs doctrine la doctrine française par excellence.
De tout un chacun, le XVII siècles est le Grand siècle, le siècle du Roi – Soleil. Ce dernier ne commence à régner seul qu’en 1661, et c’est dans l’ensemble de son règne que le classicisme s’épanouit.
Le roi soleil est un mécène .Mais jamais il n’a réuni autour de lui tous les « auteurs classiques ». Les classiques, même s’ils partagent une certaine idée de la littérature, ne forment pas un groupe homogène. Ils sont des esprits indépendants. Les règles qu’on appelle « classiques » seront édictées et mises en forme après la parution des chefs- d’ouvre.
Panorama des événements historiques :
En 1643 Louis XIII meurt ; le future Louis XIV a 5ans. Une nouvelle régence commence, celle d’Anne d’Autriche, aidée de son ministre, Mazarin. La guerre avec l’Espagne se poursuit. Les difficultés économiques se multiplient.
En 1648 ; se déclenche un vaste mouvement qu’on appelle « la Fronde » , révolte des parlementaires contres des réformes , notamment fiscales, révoltes des Grands qui refusent l’absolutisme royal. La véritable guerre civile qui en découle tourne à partir de 1652 à l’avantage de Mazarin. La haute noblesse se trouve muselée par la monarchie et constate son impuissance. L’économie a été rudement touchée ; la misère, la peste ; la famine sévissent dans les campagnes françaises.
Le jeune roi garde un souvenir personnel très fort de cette période troublée et durant son règne il veillera à consolider le pouvoir royal. Mazarin meurt en 1661. Louis XIV commence alors son règne personnel, sans premier ministre. Il sait s’entourer cependant de ministres compétents ; Colbert aux

en relation

  • classicisme
    2982 mots | 12 pages
  • Le classicisme
    4917 mots | 20 pages
  • La classicisme
    319 mots | 2 pages
  • Le classicisme
    253 mots | 2 pages
  • Classicisme
    331 mots | 2 pages
  • Classicisme
    571 mots | 3 pages
  • CLASSICISME
    1771 mots | 8 pages
  • Le classicisme
    450 mots | 2 pages
  • Le classicisme
    306 mots | 2 pages
  • Classicisme
    977 mots | 4 pages