Comment est venue la politique chez les athéniens

Pages: 5 (1098 mots) Publié le: 4 août 2013
Extrait de Protagoras, passage intitulé : Grand discours de PROTAGORAS (p79/92)
Le présent document est extrait du livre de Platon intitulé « Protagoras, ou les Sophistes », une œuvre de jeunesse du philosophe certes, mais qui marque sa maturité intellectuelle.
C’est un dialogue réunissant Socrate, (-philosophe et éminent ennemi des sophistes)- et Protagoras, (chef de file des sophistes etgrand rhéteur) est un prétexte pour Platon pour aborder la question de vertu et la possibilité l’enseigner ou non par les sophistes.
Par le biais du mythe de Prométhée (dont le nom signifie « prévoyant ») et de son frère Epiméthée (dont le nom veut dire « qui réfléchit après coup), Protagoras explique à Socrate et à l’auditoire, comment, au début de la Création du monde, Epiméthée avait oublié depourvoir (équiper) convenablement l’homme resté nu et sans défense. Prométhée tenta de rectifier l’erreur de son frère et s’en alla voler les secrets du feu et des arts à Héphaïstos et Athéna (320d à 321d) ; « Ainsi l’homme prit possession des savoirs nécessaires à la vie non de la science politique qui était auprès de Zeus » (p. 81) ; en conséquence de quoi, l’homme pouvait subvenir à ses besoinsen nourriture, vêtements ou autres, mais ne pouvait pas se défendre contre les bêtes sauvages. « Car il ne possédait pas encore l’art politique, dont l’art de la guerre est une partie » (p.82). Les hommes alors, pour se protéger, construisirent des cités, « mais comme ils ignoraient tout de l’art politique, ils se faisaient du tort réciproquement, si bien qu’ils se dispersaient de nouveau et denouveau périssaient.»(p.82). De peur qu’ils disparaissent totalement de la surface de la Terre, le dieu Zeus envoya « Hermès porter aux hommes Respect(en grec « aidôs ») et Justice(en grec « diké ») pour unir les cités par des principes d’ordre et des liens d’amitié » (p.82). « Il faut que tous, dit Zeus à Hermès, y aient part car les cités ne pourraient exister si seulement un petit nombred’humains y avaient part » (p.83).
Protagoras, en guise de justification, établit alors une opposition de taille entre le droit à la critique d’un ouvrage artistique comme l’architecture dont la spécialité revient aux gens du métier, et le droit de discuter « une décision dans le domaine politique » p.83. Car cela relève du naturel de tout homme puisqu’il dispose naturellement de sa part de justice etde sagesse, « car tout homme doit avoir part à cette forme de vertu, sinon il n’y a plus de cité. » p. 83.
Ce qui en découle que « tous les hommes doivent se proclamer justes, qu’ils le soient ou non » sous peine d’ « être exclu de l’humanité. » (P. 84)
Or, au regard de Protagoras, chez les Athéniens, cette vertu ne relève pas du naturel, mais qu’elle « s’enseigne et s’acquiert parl’exercice » ; et il donne pour cela l’exemple d’un homme chez qui la vertu politique (-représentée par le couple «justice et sagesse » ) est absente. On est alors devant le cas d’un homme « injuste et sans piété (piété : attachement fervent aux devoirs et aux pratiques de la religion)». Comme défauts, « l’injustice et l’impiété » peuvent être corrigés par l’exercice de la vertu. A ce sujet, Protagoras inviteSocrate à réfléchir sur les châtiments infligés aux coupables. Pas de châtiment sans raison, celui-ci ayant en vue la faute elle-même pour l’exemple : « ce que le coupable lui-même, ni personne d’autre, après avoir assisté au châtiment, ne commette la même faute » ; et ceci fonde l’opinion de tous ceux qui croient aux vertus de la punition, aussi, par voie d’analogie, les Athéniens pensent-ils quela vertu peut aussi  s’enseigner et s’acquérir (p.86) (324d).
Protagoras revient sur une remarque émise par Socrate au tout début de l’entretien, à propos des hommes de valeur (en grec « arété »=vertu, excellence) qui prodiguent à leurs enfants un enseignement de qualité, et invite ainsi Socrate à suivre un raisonnement qui consiste à résoudre la problématique suivante : « Existe-t-il oui...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le systeme politique athénien
  • Le drame politique chez corneille
  • La politique chez les anciens
  • La communication politique chez habermas
  • La politique de service chez décathlon
  • Psychologie chez les politiques
  • Habiter chez autrui : pourquoi et comment ?
  • Les rapports de la politique et de la morale chez machiavel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !