Commentaire aristote chap. 9 de la poétique

1138 mots 5 pages
Dans cet extrait du chapitre IX de la Poétique, Aristote montre en quoi la poésie, et plus précisément la tragédie, est supérieure à l’histoire, jugée moins philosophique car trop ancrée dans le réel, et à la comédie, jugée moins rigoureuse sur le plan de l’onomastique et donc de la vraisemblance. Il serait utile de rappeler tout d’abord la définition qu’Aristote fait de la tragédie, genre qui occupe une position centrale dans cet extrait. Au début du chapitre VI, il la définit comme « l’imitation d’une action noble, conduite jusqu’à sa fin et ayant une certaine étendue, en un langage relevé d’assaisonnements dont chaque espèce est utilisée séparément selon les parties de l’œuvre ; c’est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen d’une narration, et qui par l’entreprise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre ».
Nous étudierons en premier lieu le domaine de la mimesis, qui est celui du possible et non du monde réel. Nous parlerons ensuite de l’histoire, qui n’est que le reflet plat d’une réalité intangible. Enfin, nous verrons que la comédie est vue comme un genre mineur par Aristote.
Nous pourrons alors nous demander par quels moyens Aristote glorifie-t-il le poète et le genre tragique dans cet extrait.

« La poésie dit plutôt le général », dit Aristote. Elle s’oppose en cela à l’histoire qui traite du particulier, du factuel. Dans le chapitre 7 de la Poétique, Aristote évoque déjà cette notion de général, qui doit être conforme à toute « une série d’événements se succédant selon la vraisemblance ou la nécessité, offre une limite satisfaisante ». C’est la fin même de toute tragédie, persuader son public. L’irrationnel doit donc être banni de la tragédie, car sinon le public n’adhérerait plus au spectacle qu’il regarde. Le général est donc une des notions fondamentales caractérisant la tragédie.
Cependant, la poésie « attribue par la suite des noms aux personnages » : Aristote apporte une nuance

en relation

  • La littérature
    2907 mots | 12 pages
  • Poétique de platon
    21466 mots | 86 pages
  • Aristote livre de la poétique
    20248 mots | 81 pages
  • Histoire des poétiques
    5981 mots | 24 pages
  • Littérature
    6479 mots | 26 pages
  • 314120 001 C
    7209 mots | 29 pages
  • Aristote
    32045 mots | 129 pages
  • Metatexte
    9884 mots | 40 pages
  • Coucou
    56077 mots | 225 pages
  • Cours de philosophie sur l'art
    31961 mots | 128 pages