Commentaire composé les effarés de rimbaud

Pages: 5 (1169 mots) Publié le: 4 février 2011
Arthur Rimbaud fut un poète remarquable du XIXe siècle qui eut une vie mouvementée. Quand il naquit en 1854, son père était déjà mort à l’armée ce qui affecta beaucoup sa mère qui avait à sa charge plusieurs jeunes enfants. Très jeune, Rimbaud commença à lire et écrire. Ses poèmes jugés les plus beaux furent écris dans sa jeunesse d’adolescent révolté. A dix-sept ans, il quitta son pays natalpour aller à Paris où il souffrit une misère extrême. Dans ce poème « Les Effarés » tiré du recueil Poésies, l’auteur décrit justement une situation de misère extrême dont il fut témoin et surtout victime, lui aussi. Mais, quelle est la visée argumentative de ce poème ? Que dénonce-t-il? Pour répondre à cette question, nous verrons dans une première partie l’injustice sociale/la dénonciation de lapauvreté. Puis, dans une deuxième partie, nous traiterons la stigmatisation de l’Eglise. Enfin, nous parlerons, dans une troisième partie, de l’alliance entre le réalisme et la poésie.

Tout d’abord, le sujet de notre première partie sera la dénonciation de la misère.
Premièrement, l’auteur décrit la misère dans son état le plus « cru » et cherche à inspirer de la pitié chez le lecteur enutilisant un registre pathétique. Le dénuement des enfants est vraiment total. Les ventres creux, déguenillés, ils n’ont pas de toit au-dessus de leur tête par un temps d’hiver rude : « A genoux, cinq petits – misère !- / (…) Sous leurs haillons, / (…) Les pauvres petits pleins de givre, / (…) Collant leurs petits museaux roses. ». Ici, le mot « misère » mis en exergue comme une interpellation dulecteur ainsi que l’adjectif « pauvre » pouvant être compris au sens figuré tout comme au sens premier ne font qu’accroître la pitié pour les « cinq petits ». Nous remarquons également une rime entre deux mots de connotation opposée ce qui suggère une association ironique de l’auteur : « Ils se ressentent si bien vivre, les pauvres petits pleins de givre ». Le verbe « vivre » précédé de l’adverbe «bien » évoque dans ce contexte la vivacité, l’enthousiasme, la chaleur a contrario du nom « givre » synonyme de glace, d’immobilité et de froideur. Et tandis que les enfants meurent de froid dehors, le boulanger est au chaud dans sa boutique.
Deuxièmement, le poète renforce l’horreur de la misère en contrastant la situation des enfants avec le confort de la classe moyenne ici incarnée par leboulanger : « Ils (les cinq petits) écoutent le bon pain cuire, / Le boulanger au gras sourire. » Les cinq petits admirent avec béatitude le travail du boulanger : « (les cinq petits) Ils voient le fort bras blanc qui tourne ». L’opposition entre le « fort bras blanc » et « les petits museaux roses » v.28 montre même la différence entre une même classe sociale. Plus flagrante encore, l’opposition entrele champ lexical du chaud associé au boulanger : « Chaud comme un sein » ; « cuire » et le champ lexical du froid associé aux enfants : « dans la neige et dans le brume » ; « pleins de givre » ; « tremblote ». L’injustice sociale chez les petites gens est fortement critiquée dans cette œuvre, mais l’auteur fustige aussi le clergé.

Puis, nous traitons la satire du clergé, implicitementvirulente dans ce poème.
Premièrement, nous prenons conscience de l’impuissance de l’Eglise face au dénuement des enfants à travers cette œuvre. Les « représentants » de l’Eglise qui sont censés appliquer les valeurs de la chrétienté dont l’aumône fait partie, est pourtant capable de laisser des orphelins à la rue mourir de faim et de froid : « comme une prière… ». Ici, les points de suspension laissententendre la passivité de l’Eglise face au malheur des affamés qui croient encore en le clergé.
Deuxièmement, l’aveuglement du peuple devant l’inaction du clergé est attristant. L’auteur use d’ironie pour dénoncer l’Eglise et ses prêches qui finalement ne sauvent pas les miséreux de l’indigence : « Repliés vers cette lumière/ Du ciel rouvert ». Ici, le terme « repliés » traduit un mouvement de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire composé les effarés de rimbaud
  • Commentaire complet : les effarés-arthur rimbaud
  • Ma bohème rimbaud commentaire composé
  • Commentaire composé le mal de rimbaud
  • Commentaire composé "ma bohème" d'arthur rimbaud
  • "Les corbeaux", a. rimbaud
  • Commentaire composé de aube, arthur rimbaud
  • Commentaire composé a la musique rimbaud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !