Commentaire de "don juan aux enfers" de charles baudelaire 1ère l

1340 mots 6 pages
COMMENTAIRE
« Dom Juan aux Enfers » de Charles Baudelaire

Baudelaire, grand poète du XIXe siècle (1821-1867), fut largement inspiré par l’idéal romantique à travers toute son œuvre, dont la plus importante est son recueil Les Fleurs du Mal. Le texte étudié se trouve dans la partie « Spleen et idéal » et est écrit à la fin du courant romantique.
Le poème qui suit « Don Juan aux Enfers » s’intitule « L’Homme et la mer », et parle de l’homme libre, de l’infini. Ce désir d’infini est caractéristique de Don Juan comme de Baudelaire, et c’est en cela que ce personnage anticonformiste inspira le poète.
Baudelaire transpose ainsi le genre théâtral en genre poétique pour réécrire le Don Juan de Molière. Comment Baudelaire s’approprie-t-il le mythe de Don Juan pour en proposer une réécriture moderne ? Nous verrons comment Baudelaire associe la tradition du mythe de Don Juan à la modernité de son écriture pour proposer une nouvelle vision du mythe réactualisé.

I) Tout d’abord, Baudelaire tire les sources de son poème dans la tradition du mythe de Don Juan.

« Don Juan aux Enfers » est marqué par l’influence directe du théâtre de Molière. Par sa structure d’abord, car les cinq quatrains peuvent faire penser aux cinq actes. Il est une suite directe de la pièce après que la foudre est tombée sur Don Juan. L’entrée dans le vif du sujet du poème : « Quand Don Juan descendit vers l’onde souterraine/Et lorsqu’il eut donné son obole à Charon », avec les deux verbes d’action et les deux conjonctions de subordination « quand » et « lorsque », ajoutent à cet effet de continuité. On constate également le retour de tous les personnages principaux du « Don Juan » de Molière : le pauvre (v. 3), les femmes séduites (v. 6), Sganarelle (v. 9) Don Luis (v. 10), Done Elvire (v. 13), le Commandeur (v. 17). Ce retour s’effectue aussi par la récapitulation des fautes de Don Juan et des récriminations des différents personnages : « montrer » (v. 5 et 11) ; « réclamer » (v. 9 et

en relation

  • Jerem
    1225 mots | 5 pages
  • En quoi le récit littéraire avec les moyens qui lui sont propres est il efficace pour argumenter
    25962 mots | 104 pages
  • Mythe
    47294 mots | 190 pages
  • Ob_2d53b6_sujets Annabac Et Autres
    25163 mots | 101 pages
  • Les différents sujet de bac
    25172 mots | 101 pages
  • Dissertations
    10895 mots | 44 pages
  • Bac 2006
    44860 mots | 180 pages
  • Critique du poème napoléon iii
    24594 mots | 99 pages
  • Coucou
    56077 mots | 225 pages
  • Literatude de xixeme siecle
    102229 mots | 409 pages