Commentaire "le curé et le mort", jean de la fontaine.

Pages: 5 (1010 mots) Publié le: 26 mai 2010
Si certains auteurs sont dotés d’une imagination vaste et fertile, d’autres sont obligés, pour écrire, de s’inspirer de ce qui les entoure, de leur quotidien ou de l'actualité. L’imagination ouvre des portes que l’inspiration n’ouvre pas et inversement, il s’agit de deux façons distinctes d’écrire et l’une n’est pas plus vertueuse que l’autre. De grands auteurs et écrivains n’ont pas hésité às’inspirer du réel. Prenons le cas de la fable Le curé et le mort de Jean de La Fontaine, extraite du livre VII des Fables. Cette fable est, en réalité, inspirée d’un fait divers conté à La Fontaine par Madame de Sévigné dans lequel un curé décède tragiquement lors du transport d’un certain Monsieur de Boufflers vers sa dernière demeure. Alors, comment Jean de La Fontaine transforme-t-il un simple faitdivers en une fable, récit avisé, argumentatif et comportant une morale ? Dans une première grande partie, nous analyserons la construction du texte ainsi que sa versification. Ensuite, nous ferons le portrait du curé pour donner une première conclusion qui introduira une seconde grande partie dans laquelle nous donnerons la portée générale de la fable ainsi que sa cible, car il s’agit d’unesatire visant le clergé. Pour terminer, nous tenterons de répondre à la problématique posée.

Pour commencer, intéressons nous en détails à la construction du texte. En observant attentivement la fable Le curé et le mort, on constate qu’elle est construite comme un récit. En effet, on peut facilement discerner une situation initiale, allant de la ligne 1 à 8, dans laquelle le narrateur introduitl’histoire en plongeant le lecteur dans le contexte. Puis, ligne 9 à 29, viennent les «péripéties» comprenant les prières du curé (lignes 9-16), son fantasme (lignes 17-27) et l’accident du corbillard (lignes 28-29). La situation finale, lignes 30 à 34, conte le décès du curé, ce qui clos le récit et envoie ainsi sur l’élément propre à la fable : la morale à valeur collective et/ou universelle, lignes35 à 38. L’analyse de la construction étant achevée, observons maintenant la versification du texte. En étudiant minutieusement la façon dont l’auteur a organisé ses rimes, on se rend compte que celui-ci prend un grand nombre de libertés. Constituée principalement d’octosyllabes et de quelques alexandrins, la fable Le curé et le mort est en fait une alternance désordonnée mais subtile de rimesplates et croisées et parfois redoublées ou annexées. En outre, les rimes redoublées, aux lignes 11 à 13, par cet effet de répétition et d'insistance, semble traduire la ferveur du curé dans ses prières et les rimes plates (ou suivies) des lignes 32 à 38, donnent à la scène de l’accident une impression de ralenti ou de lenteur puis d’ordre, introduisant ainsi la morale et la fin de la fable.
Lamort tragique du curé décrite par cette scène peut être vue de deux manières différentes : soit il s’agit du plus pur des hasards et donc la mort est «accidentelle», soit c’est un fait du destin et la mort est «prévue». Cette réflexion mène donc à une question : s’il s’agit bien du destin, le père Chouart est-il, par ses fautes, responsable de son décès ? Pour répondre à cette question, il nousfaut faire son portrait moral (n’oublions pas que, bien qu’inspiré d’une personne réelle, il s’agit d’un personnage de fiction). Dans la fable, Monsieur Jean Chouart est un homme d’église comme les autres, mais néanmoins un homme et, par ce fait, sensible à ses vices. Notre curé n’est donc peut-être pas aussi innocent qu’il ne laisse à penser et il semblerait, d’ailleurs, que l'appât du gain, le vinet les femmes fassent partie de ses bassesses. En effet, Monsieur Chouart parait donner plus d’importance au salaire qu’il tirera de l’enterrement qu’a l'enterrement lui même, comme cela est dit ligne 20 : «Monsieur le Mort, j’aurais de vous tant en argent et tant en cire ...» ( la cire fait référence aux cierges ). Il se laisse également aller à l’ivrognerie en comptant faire l’acquisition...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire le curé et le mort fables jean de la fontaine
  • Le curé et le mort jean de la fontaine
  • Le curé et le mort de jean de la fontaine (1621-1695)
  • Commentaire la mort et le bûcheron de jean de la fontaine
  • Le cure et le mort
  • Commentaire : le curé et le mort, lafontaine.
  • Commentaire de la fable: le curé et le mort
  • La fontaine la mort et le bûcheron commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !