Commentaire Machiavel : « Combien peut la fortune dans les choses humaines et comme on y peut faire tête »

Pages: 18 (4387 mots) Publié le: 20 novembre 2013
Machiavel :
« Combien peut la fortune dans les choses humaines
et comme on y peut faire tête »


Introduction :

Nous allons nous intéresser à un chapitre d’une œuvre célèbre, monument de la pensée politique, qui est Le Prince écrit par Machiavel.
Le Prince est un traité politique rédigé en 1513 et publié de manière posthume en 1532.
Il montre comment devenir prince et le rester, enanalysant des exemples de l'histoire antique et de l'histoire italienne de l'époque.
Nicolas Machiavel (ou Niccolo Machiavelli) est un homme politique et un penseur florentin né en 1469 et mort en 1527 à Florence. Le Prince est son œuvre la plus connu mais il a également écrit Discours sur la première décade de Tite-Live qu’il rédige entre 1513 et 1517 et dans lequel il présente la Rome antiquecomme un modèle de gouvernement. Parmi ses autres œuvres, on a son Art de la guerre, son Histoire de Florence, de la poésie italienne et des pièces de théâtre, en particulier la Mandragore.
Ni sa naissance, ni son éducation ne prédestinait Machiavel à exercer un rôle politique de premier rang. L’aisance sociale ainsi que les aspirations culturelles de sa famille était celle d’une famille qui pouvaitcertes se targuer d’une antique noblesse mais demeurait en contrebas de l’oligarchie florentine. Cependant dans la Florence des Medicis, c’est sur le terrain culturel que se jouent les conflits de prééminence.
Le père de Machiavel était avocat et ami du chancelier de la commune de Florence. C’est un lecteur passionné qui achète et échange des livres destinés à l’éducation de ses enfants et enparticulier de l’ainé Niccolo. Dans ce patrimoine figure notamment l’Histoire de Rome de Tite-Live qui aura une influence importante dans la construction de la pensée et dans l’engagement politique de Niccolo.
Sa formation est donc largement celle d’un autodidacte : Machiavel n’a pas suivi d’études universitaires ni reçu l’éducation d’un précepteur humaniste. Il ne sait pas le grec et en ce sens ilne peut se prétendre humaniste. Les aristocrates de la pensée présents à la cour de Laurent le Magnifique ne le considéraient pas d’ailleurs comme un des leurs. D’où un rapport libre de Machiavel avec la pensée. Loin de se conformer aux spéculations des philosophes, il impose son art, un art de lire et d’agir, à la philosophie.
Les lectures de Machiavel l’ont naturellement conduit vers l’actionpolitique.
Un espace politique s’ouvre à son ambition avec la fuite des Medicis devant l’avancée des troupes françaises en 1494.

En 1498, il est élu secrétaire de la seconde chancellerie de Florence, en charge de ses affaires extérieures. Il joue un rôle actif dans la diplomatie florentine. Ses nombreuses missions diplomatiques le conduisent en France, à Rome, chez César Borgia, en Allemagneet dans diverses villes italiennes.
Il sert sous les ordres de Piero Soderini qui est élu gonfalonier à vie en 1502.
Mais son association avec Soderini lui coûte son poste au retour des Medicis en 1512. Suspecté de trahison, Machiavel est arrêté et torturé en 1513. Et il est relâché la même année à l’accession au trône pontifical de Jean de Medicis. Celui-ci était favorable à une réconciliationpatriotique.
Celui qui écrit « Le Prince », durant l’année 1513, est donc un exilé et un vaincu.
Il écrit pour conjurer le sort, moins pour parer les coups que pour comprendre d’où ils venaient, et ainsi rendre raison à la défaite.
C’est d’ailleurs à Laurent II de Medicis qu’il dédicace le Prince dans une volonté de lui offrir sous forme de leçon politique la connaissance que lui a apprisel’expérience des événements modernes et la lecture des Anciens.
L’œuvre de Machiavel est dominé par une pensée du désastre. Et cela car elle prend en charge l’histoire immédiate de l’Italie, marquée par la ruine de son système politique.
Ce système était jusqu’alors celui d’Etats concurrents et prospères qui convergeaient vers un même style de gouvernement princier.
Et ce système d’Etats est...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on considerer le corps humain comme un objet technique ?
  • peut on faire notre bonheur
  • Ce que la banque ne peut pas faire
  • Peut On Faire Le Bonheur D Autrui
  • Peut-on faire confiance aux médias.
  • De quoi peut-on faire l'expérience ?
  • La liberté peut-elle faire peur ?
  • Peut-on faire du plaisir une philosophie ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !