commentaire philo

Pages: 2 (275 mots) Publié le: 17 novembre 2013
Le comique autour de la caricature des religions
-Confrontation de plusieurs sentiments «fort en colère », « s’écria avec douleur »
-Voltaire veut montrer quechacun a ses convictions et qu’il est venu pour se faire entendre
-Hyperbole pour montrer l’affluence des voyageurs, Voltaire utilise les pensées de Zadig « Illui paraissait que l’univers entier était une grande famille qui se rassemblait à Balzora » le lecteur peut donc se donner une image de l’extraordinaire réunionde ces grands négociants
- Comique : la connaissance que Voltaire a des cultures lui permet de critiquer les préjugés.
- Il n’essaye pas de décrire la réalitéet joue donc sur le comique (l’égyptien momifie sa tante pour la vendre)
b) Un comique s’apparentant à celui du théâtre
-Le récit laisse place au dialogue cequi s’apparente à une petite pièce de théatre
- Conclusion :
Voltaire estime que le philosophe doit agir pour dissiper les ténèbres de la superstition, pourapporter les lumières de la raison et œuvrer au bien public. Seulement le peuple n’est pas toujours reconnaissant, et le monarque peut se révéler versatile. Lesderniers mots de l’extrait, sous leur apparente banalité, contiennent en germe les malheurs futurs de Zadig. Pour le roi, Zadig est un grand ministre, pourAstarté, il est "aimable" ; voilà qui va déclencher la jalousie du potentat oriental. Le passage de la félicité à l’adversité est subtilement préparé. Un tel contrastesi brutal ne doit pas nous étonner, nous nous trouvons dans un conte oriental bien mouvementé destiné à nous faire réfléchir sur le bonheur et l’ordre du monde.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Philo commentaire
  • Commentaire philo
  • Commentaire Philo
  • Philo commentaire
  • Commentaire philo
  • Commentaire Philo
  • commentaire philo
  • Philo commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !