Commentaire sur les funérailles d'atala

Pages: 5 (1152 mots) Publié le: 27 janvier 2011
Les funérailles d'Atala

Introduction

Anne-Louis GIRODET-TRIOSON (1767-1824), peintre néoclassique, formé à l'Académie royale par Jacques Louis David, a réalisé de nombreux tableaux dont les Funérailles d'Atala, huile sur toile de plus 2m d’envergure, peinte en 1808, et aujourd’hui exposée au musée du Louvre à Paris.Inspiré du roman  Atala, de Chateaubriand, Girodet utilise des éléments du tableau pour composer sa peinture abordant comme sujet la mort d’un point de vue religieux.Atala, est une jeune fille qui a fait la promesse à sa mère, d’épouser un chrétien, mais prise d’amour pour Chactas, un indien, elle décide de partir avec lui et aider du père Aubry, de s’enfuir. Chactas est prêt à se convertir pour pouvoir épouser Atala, maiscelle-ci ne parvient pas à renoncer à la promesse faite à sa mère et préfère s’empoisonner. La mise au tombeau d’Atala, est le passage du récit que Girodet décide de peindre. C’est à travers la composition du tableau, les techniques utilisées et l’interprétation de cette œuvre que nous allonsdécouvrir quelles sont les caractéristiques de ce tableau ancré dans le néoclassicisme.

I/ Composition du tableau
 
Les funérailles d'Atala ou Atala au tombeau est un tableau peint en huile sur de la toile, mesurant 2,07 mètres de hauteur sur une longueur de 2,67 mètres.
Cette oeuvre se compose de plans bien définis, illustrant chacun une idée ou une dimension différente.
Premièrement, leregard de la personne devant ce tableau ne peut être que dirigé vers le plan où se situent les personnages, c'est-à-dire le premier plan, celui qui se rattache à la violence de l'action en cours de déroulement et à la tragédie de la situation. En effet, il y a trois personnages : Chactas, à genoux, recroquevillé et serrant dans les bras pour une dernière fois Atala, qui elle a l'air endormiepaisiblement, et le père Aubry, assistant Chactas dans cette rude épreuve.
Le second plan, duquel il émane un réel sens poétique et littéraire, est une figure imagée du triste sort d'Atala, sous forme de citation "j'ai passé comme la fleur, j'ai séché comme l'herbe des champs". Ce message est gravé dans la pierre, exprimant que le destin d'Atala est scellé à tout jamais. Par le biais de cette phrasese caractérise donc la mort de la jeune fille.
Le troisième plan est évocateur de la religion, ayant une place primordiale dans la mort à l'époque du néoclacissisme. La croix est l'allégorie du décès d'Atala, mais aussi une autre preuve irréfutable que celle ci est bien décédée. Cette croix est placée en évidence au dessus des feuillages et la source de lumière du tableau provient de l'endroit oùelle est placée.

II/ Techniques utilisées
.

Girodet accorde une grande importance à la construction de l’espace par plans successifs selon les règles de la perspective linéaire où l’espace est organisé par des plans parallèles et les motifs sont à chaque fois plus petits : d’abord les personnages, éléments clés de l’histoire, puis les parois de la grotte, lieu sacré et enfin un point defuite indiquant l’extérieur. Contrairement aux œuvres baroques, il n’y a pas de diagonales ou de spirales qui conduisent le regard de l’avant vers l’arrière. Cette œuvre est une forme fermée. L’espace centré, place les formes au cœur de la composition et ménage un vide près des bords. Les formes ne se recoupent pas ou peut, chacune peut être individualisée. La peinture classique vise un idéale de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les funérailles d'atala
  • Funérailles
  • Funérailles d'hiver
  • Les funérailles de patrocle
  • La mort d'atala
  • Atala funéraille
  • Les Funérailles De Victor
  • funérailles vikings

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !