Commentaire sur les vers 1645 à 1668 extraits de l’illusion comique de corneille

324 mots 2 pages
L’Illusion Comique est une pièce de théâtre écrite par Pierre Corneille en 1635, alors qu’il avait 29 ans. Cette pièce est la huitième œuvre théâtrale de Corneille.
Par sa forme, l’extrait présenté ici est classique. En effet, il a une forme régulière : des alexandrins, des rimes plates et un rythme régulier (v. 1659 : « Le front ceint de lauriers, daigne bien quelquefois »). En revanche, certains éléments baroques sont présents dans ce texte : l’exagération (v. 1646 : « l’idolâtre » et v. 1657-1658 : « Même notre grand Roi […] aux deux bouts de la terre ») et la forme emphatique (v.1663 : « Et tous ceux qu’Apollon voit d’un meilleur regard », c'est-à-dire les poètes).

Cette réplique d’Alcandre annonce l’avènement du grand théâtre classique. Corneille utilise un de ses personnages pour exposer son point de vue sur le triomphe du théâtre au début du XVIIème siècle. En Europe, il n’y a pas de grands auteurs avant cette période, le genre étant considéré comme mineur. Corneille souligne le caractère ludique du théâtre : c’est avant tout un divertissement. On comprend donc que le théâtre baroque avec ses scènes féeriques et ses fantaisies ait eu du succès. Comme dans l’Antiquité, le théâtre n’est pas réservé aux grands de ce monde (v. 1651 : « Le délice du peuple, et le plaisir des grands. »). Ce n’est plus un phénomène strictement parisien : il touche tout le pays (v. 1649 : « L’entretien de Paris, le souhait des provinces. »).

Il fait du théâtre une forme littéraire majeure (v. 1661 à 1664 : « C’est là que le Parnasse […] quelque part ») puisque l‘élite intellectuelle s’y consacre.
Somme toute, on est loin de l’imaginaire baroque. Corneille, par la bouche d’Alcandre, tient un discours très terre à terre sur la rentabilité du théâtre (v. 1666 : « Le théâtre est un fief dont les rentes sont bonnes »). On peut penser à certains héros de Molière

en relation

  • Molière
    15187 mots | 61 pages
  • Th Atre
    13022 mots | 53 pages
  • Littérature française
    58770 mots | 236 pages
  • Exemple de texte analytique de Français ( 1 ère S )
    14546 mots | 59 pages
  • Coucou
    56077 mots | 225 pages
  • Francais
    32571 mots | 131 pages
  • Molière bourgeoisgentihomme
    25385 mots | 102 pages
  • Francais Méthodes
    39952 mots | 160 pages
  • cours francais seconde cned
    101601 mots | 407 pages
  • dissertations
    125547 mots | 503 pages