Commentaire

422 mots 2 pages
Français – Les petites Lumières Jaunes.

Dans l'extrait de la pièce de théâtre « Les pas perdus », la narratrice nous présente « Les petites lumières jaunes », texte qui nous dévoile la déportation de sa famille.
La narratrice commence par nous présenter son texte avec « un jeu de pronom ». Dans les quatre premiers paragraphes, le pronom « ils » est omniprésent. La préposition « avec » et le groupe nominal « leurs petites lumières jaunes », nous montre qu'il est adressé aux juifs. Durant le deuxième paragraphe, la narratrice nous apprend qu'une femme porte entre ses bras « un paquet mal ficelé ». Ce groupe nominal n'est pas concret et c'est seulement qu'au début du quatrième paragraphe que la narratrice nous surprend à la ligne 23, en disant que le paquet est, en faite, elle-même. On apprend donc que la narratrice est juive. S'ensuit ensuite un enchaînement de pronoms personnels incluant la narratrice et les juifs déportés, avec par exemple la répétition du pronom possessif « les miens » aux lignes 24 et 26. On en déduit donc que c'est toute la famille de la narratrice qui a été déporté. Ainsi, le jeu s'effectue grâce à un enchaînement de pronoms, nous entraînant dans un dévoilement progressif de ce que veut nous raconter l'auteur dans « Les petites lumières jaunes ».
Ce texte théâtrale est intensifié grâce à des figures de styles. En effet, relevons l'exemple de « leurs petites lumières jaunes » (ligne 11) qui vont disparaître en « nuage de fumée chaude » (ligne 30). A lieu ainsi une contradiction, car on sait tous qu'une étoile ne peut pas disparaître. Cette métaphore est accentué par la répétition du groupe nominal « les petites lumières jaunes » à la fin du premier, deuxième, quatrième et sixième paragraphes. Elle nous ramène donc à une autre figure d'insistance: l'anaphore. De plus, nous pouvons relever de nombreuses comparaisons indirect: « aboiement » (ligne 7) qui renvoie au cris des soldats allemands, « troupeau » (ligne 14) qui renvoie aux juifs sur

en relation

  • commentaire
    964 mots | 4 pages
  • Commentaire
    305 mots | 2 pages
  • Commentaire
    2024 mots | 9 pages
  • Commentaire
    2022 mots | 9 pages
  • Commentaire
    388 mots | 2 pages
  • Commentaire
    8528 mots | 35 pages
  • commentaire
    398 mots | 2 pages
  • Commentaire
    941 mots | 4 pages
  • Commentaires
    647 mots | 3 pages
  • commentaire
    442 mots | 2 pages