Conte cruel de la jeunesse

Pages: 2 (292 mots) Publié le: 22 janvier 2012
On était une banda de jeunes
A déambuler dans la rue
On marche, on danse et puis on gueule
On chante les chansons des Bérus
Les flics n'aiment pasqu'on soit ensemble
Les beaufs ont peur, les grands-mères tremblent
Les jeunes c'est l'insécurité
Y faudrait tous les enfermer !

On a mis nos masquards declowns
Pour affronter la société
On a mis nos masquards de clowns
Pour effrayer les policiers
Y avait Elnoc, Laul et Stonga
Masto, Gabo, Maxwell etmoi
Y avait aussi quelques copines
Tous les affreux et leurs titines

On était une bonne vingtaine
A marcher dans la capitale
Sans armes, sans violenceet sans haine
A danser comme des malades
Un type assis d'vant sa télé
Partout c'est l'insécurité
"Encore les jeunes, ces enculés !
Et croyez-moi j'vaisles matter !"

Le type à sorti sa 22
Il a tiré sur les affreux
Deux sont tombés sur le pavé
Les autres se sont tous dispersés
Après sont v'nus lesbrancardiers
Les policiers et la télé
"J'ai protégé ma liberté"
Disait le beauf à faire pleurer

"J'étais en légitime défense
Vingt contre moi, j'aiaucune chance"
Les jeunes c'est l'insécurité
Et le prolo fut acquitté
On l'a retrouvé tout poignardé
Dans l'escalier de sa cité
On l'a retrouvé toutpoignardé
Personne ne sut qui l'avait tué

Parce qu'on ne vit pas comme les autres
On nous tire dessus dans la rue
Mais putain c'est toujours d'notre fauteToi le prolo, tu es foutu !
On l'a retrouvé tout poignardé
Dans l'escalier de sa cité
On l'a retrouvé tout poignardé
Personne ne sut qui l'avait tué
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Conte cruelle
  • La vie est cruelle : tel est le message que Maupassant livre au lecteur dans le conte « Aux champs »
  • La jeunesse
  • La jeunesse
  • La jeunesse
  • La jeunesse
  • Ville cruelle
  • ville cruelle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !