Controverse de valadollid

1341 mots 6 pages
Français
Plan de commentaire

Introduction :

Dès le milieu du XVème siècle les espagnols et les portugais explorent le monde et découvrent de nouveaux pays et des nouvelles civilisations comme les Indiens d'Amérique. Cette scène est extraite de « La controverse de Valladolid » écrite par Jean-Claude Carrière en 1992. Elle se déroule dans un couvent espagnol à Valladolid en 1550. Il s'agit d'un débat présidé par un cardinal du pape qui oppose le philosophe Sépulvéda au dominicain Bartholomé de Las Casas qui vise à démontrer la nature des Indiens d'Amérique. Il s'agira de montrer les arguments, les stratégies argumentatives des deux adversaires et la résolution possible du débat. Dans un premier temps nous étudierons les arguments des deux orateurs, ensuite nous verrons les différentes stratégies argumentatives utilisées et pour terminer nous étudierons les résolutions possibles de la controverse, c'est à dire quel parti pourrait l'emporter.

I- Les arguments des deux adversaires.

Cette controverse oppose deux homme dont les thèses et les arguments sont radicalement différents.

Les arguments de Sépulvéda.

Le philosophe Sépulvéda soutient la thèse selon laquelle les indiens d'Amérique sont « des esclaves par nature » (ligne 1), des « esclaves nés » (ligne 23). Selon lui, ces êtres seraient inférieurs et destinés à être asservis.

Ligne 6 argument introduit par « d'abord » : « incapables de toute initiative », « habiles à copier » (ligne 7) « une réelle ingéniosité dans l’imitation est le caractère même de l'âme esclave » (ligne 9). Manque d'autonomie et d'indépendance. Réponse au cardinal « autres marques d'esclavage » (lignes 26-27) : le philosophe les compare à des bêtes (lignes 30-31) et leur nourriture à celle des animaux (ligne31). Il critique leur religion, leur culte ( lignes 32-33) et les qualifient d’ignorants (ligne 30) : coutumes primitives faisant d'eux des êtres peu évolués. Ligne 37 « stupides », « idiots »

en relation

  • Commentaire la controverse de valadollid
    387 mots | 2 pages