Cours 2_ la République des gaullistes

1225 mots 5 pages
Cours 2 : La République des gaullistes
Comment la Ve République s’installe-t-elle dans la durée ?
I – Souveraineté nationale et primauté de l’exécutif au cœur des institutions de la Vème République.
A – Une volonté manifeste de renforcer la souveraineté nationale
1°) L’élection présidentielle, une élection clé sous la Vème République.
Le 22 août 1962, le général de Gaulle échappe de justesse à un attentat perpétré par des anciens membres de l’OAS. Cet incident le conforte dans son intention de modifier la constitution dans un sens présidentiel. Il le fait réfléchir sur les conséquences politiques qu’entrainerait sa disparition brutale. La seule solution pour l’éviter serait d’asseoir la primauté présidentielle en faisant élire le Président au suffrage universel ce qui le mettrait sur le même pied que l’Assemblée Nationale. Le 28 octobre 1962, à l’issue du référendum, le oui l’emporte avec 60 % des voix. Le suffrage universel confère au Président de la République, une légitimité accrue. Dès lors, l’élection présidentielle devient une élection clé sous la Vème République et renforce le principe de la souveraineté du peuple.
2°) Le recours au peuple par le référendum.
Pour le général de Gaulle, le référendum est l’expression directe de la souveraineté populaire. L’article 3 de la constitution le confirme : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Sous la Vème République, les Présidents de la République ont eu recours au référendum à dix reprises (avec des succès divers). Pour de Gaulle, le référendum était un moyen de renforcer plus encore l’autorité du Président. Cependant, c’est une arme politique à double tranchant : Désavoué par le référendum sur la régionalisation en 1969, de Gaulle démissionne. L’impact du référendum dépend de l’enjeu et de cet enjeu dépend aussi le taux de participation des électeurs à ce scrutin.

3°) Un recours fréquent au suffrage universel direct.
L’expression de

en relation

  • Droit administratif
    35210 mots | 141 pages
  • Droit
    42158 mots | 169 pages