Cultures et conflits berbère

Pages: 8 (1983 mots) Publié le: 1 février 2011
L’ancienne bataille entre Zaknoun et At-Ali
Vision de la Kabylie d’Emile Masqueray :
nouvelle intitulée "Les femmes des Barbares"

Voici un texte tiré de l’oeuvre d’Emile Masqueray "Souvenirs et vision d’Afrique" Cela nous donne une idée dont les chercheurs coloniaux peignaient les moeurs des villages kabyles dans la seconde partie du XIXe siècle.

Le combat
Le soleil du 1er juin 1835éclaire la Kabylie depuis une heure. Les parois aériennes du Djurdjura, irisées comme des gorges de tourterelles, se découpent au milieu de l’azur du ciel. Des montagnes noires et vertes ondulent au-dessous comme des vagues énormes dans les vapeurs qui s’élèvent des vallées, et chacune d’elles porte sur ses pitons des villages de guerre dont les maisons, sans fenêtres et bien jointes, brillentcouvertes de tuiles rouges. Dans le fond d’un ravin, des coups de fusil pétillent, et des fumerolles s’élèvent en spirales. Ce sont Aït-Ali et Zaknoun qui vident une vieille querelle. Des aigles bruns passent très haut, les ailes étendues, et des vautours jaunâtres tournoient d’un vol lent.
Aît-Ali est un village de 1.200 âmes, composé de trois familles, dont une seule peut mettre en ligne 200 mâles.Chacune d’elles porte, comme les génies de Rome, le nom d’un ancêtre, et ses membres ne se distinguent que par des prénoms ; chacune est gouvernée par ses guerriers ; chacune a son honneur personnel, ses amours et ses haines, comme un être vivant ; mais elles ont trouvé utile de s’unir autrefois, et de cet accord est née cette Taddèrt posée sur le milieu d’une crête comme un gros nid.
Zaknoun, surla crête d’en face, est tout pareil. Lui aussi se compose de trois familles barbares cimentées comme trois blocs ; lui aussi est une république dont les chefs sont tous les adultes qui portent des armes. Des deux parts un Ancien est élu parmi les plus prudents ou les plus braves pour présider le conseil ou diriger la guerre. Seulement Zaknoun n’a pas autant de fusils qu’Aît-Ali. Même en comptantses vieillards au dos courbé et ses adolescents aux cous grêles, il n’arriverait pas à 350, tandis qu’Aît-Ali en a près de 400 tenus haut et bien chargés.
Aît-Ali a fait une saignée à Zaknoun. Il lui a tué cinq hommes par surprise : Zaknoun a saigné à son tour Aît-Ali, et depuis il est de règle qu’on se guette des deux parts pour détruire et rétablir l’équilibre. Œil pour œil, sang pour sang.Quand un homme puissant est tombé d’un côté, il faut qu’un homme puissant tombe de l’autre. Peu importe le meurtrier, s’il n’a pas la même valeur. Maintenant, il s’agit d’une liquidation générale à propos d’un champ de fèves, et tous les adultes d’une crête sont descendus au-devant de ceux de l’autre jusque dans le lit du torrent desséché qui les sépare. Les meilleurs râlent déjà sur le dos dans leslauriers-roses, et les autres, accroupis sur les berges contre des oliviers, échangent des balles qui font sauter des éclats de pierres.
Autour d’Aît-Ali, autour de Zaknoun, tout en haut des deux pentes qui descendent jusqu’au ravin comme des glacis, des femmes, les pieds nus, les bras nus, poussent de longs cris aigus, qui s’entrecroisent au-dessus des têtes des combattants. Elle sont toutes là,leurs mères, leurs femmes, leurs sœurs, leurs filles, serrées les unes contre les autres comme les fleurs d’une couronne, même les veuves qui ont perdu leurs hommes dans le dernier combat du printemps, même les révoltées qui ont quitté leurs maris en déclarant qu’elles ne voulaient plus les servir, et toutes se sont parées, fardées, pour la bataille. Presque toutes sont d’un bleu sombre, lesflancs serrés par des ceintures rouges. Des agrafes émaillées de vert et de bleu sont fixées sur leurs poitrines. Leurs têtes sont serties de bandeaux noirs et de foulards noirs tachetés rouge. Des colliers faits de reliquaires qui relient des morceaux de corail entourent leurs cous ; leurs chevilles et leurs poignets sont cerclés d’argent.
Quelques-unes sont toutes blanches dans des haïcks de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La culture berbere
  • Culture et conflits
  • Cultures & conflits
  • la conflit de culture et de generation
  • Culture générale : les conflits dans la france rurale
  • Berbere
  • Berbères
  • Les berbères

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !