Daniel fabre habiter les monuments

Pages: 6 (1440 mots) Publié le: 19 mars 2013
Daniel Fabre – Habiter les monuments

Introduction (p17-18)
L’auteur Daniel Fabre commente le « Considérations désobligeantes », partie de ses Œuvres pré-posthumes, de Robert Mussil, qui souligne « l’imperméabilité » des monuments. Cela signifie qu’on ne les remarque plus alors qu’on tente de les éléver pour créer l’attention.
L’auteur reprend les idées de Robert Mussil. Selon lui« l’habitude fait qu’on leur attache mois d’attention », les monuments « effarouchent précisément ce qu’ils sont censés attirer ».

L’habitude qui érode la perception serait une explication à ce phénomène.
Comme Aloïs Riegl, serait-ce des « monuments intentionnels » ? Pour lui, des monuments « érigés pour instituer une pensée collective, affirmer une valeur, fixer le souvenir » et ainsi contribuer à lamémoire. (Mémoire et monument : même étymologie).
Le monument se fait oublier et ne contribue donc plus à la mémoire.

Incarner le passé, oublier la société (p18-25).
Même question pour les « non-intentionnels » c’est-à-dire les monuments que les sociétés décident de conserver et de restaurer, leur conférant ainsi « une nouvelle valeur autre que leur valeur originelle ». Ces monuments-là « marquentdéfinitivement le paysage et l’espace des villes occidentales ».
Or, ce que nous avons aujourd’hui sous le regard « n’a plus grand chose à voir avec le programme initial de la monumentalisation nationale, celui de la génération des écrivains, des avants, ou encore des politiques ». « On ne voit plus le monument, et d’ailleurs, son premier germe est souvent caché ou marginal ».
Ex : « quidemande à voir le tombeau de l’évêque Radulphe dans l’église Saint-Nazaire à Carcassonne, œuvre médiévale qui avait enthousiasmé Prosper Mérimée et déclenché un long demi-siècle de réhabilitation de toute la vieille ville ? En fait, on ne sait plus à quelle histoire le monument se rapporte, quel Mémento il incarne ! ».

Les grands monuments nationaux ont a leur service deux corporations : l’Architectespécialiste qui en garantit la pérennité et la restauration conformément aux lois et eaux règles en vigueur, il est garant de son autonomie, il agit au nom d’une idée de « monument pur ».
L’administrateur a la charge de conjurer l’oubli en restituant au monument une présence actuelle. Il peut pour cela, renouveler son apparence, de l’animer à l’aide de présences humaines et/ou matérielles(oeuvres d’arts, théâtre, jeux de lumières etc). « Le maintenir en vue en le restituant à l’usage ».  «  Attirer le public ».
Mais cette mission a un revers, c’est « l’érosion touristique » (quand touristes trop important, cela demande une tout autre compétence) ou inversement où l’oeuvre monumentale devient désert.
A coté de cela, il existe une réalité, celle des habitants des monuments ou ceux quivivent à proximité. On ne peut pas en faire abstraction. Ces habitants font des monuments une autre mémoire. Tout est possible de l’accueil généreux à l’incompréhension en passant pas l’exploitation économique. « Même si la loi s’applique d’en haut, sa légitimité vient d’en bas »
Entre pouvoirs administratifs, politiques et intellectuels régionaux et locaux, la monumentalité est un champ d’actionet une ressource propres.
Le pensé moderne éliminerai a priori la question de ses relations avec les habitants actuels. Le monument devrait alors être isolé, sans usage commun pour être vu autrement. André Malraux qui souhaite restaurer en 1961, six grands monuments français (Reims, Chambord, Fontainebleau, Versailles Les invalides et Le Louvre) souligne le fait qu’ils appartiennent àl’ « histoire exemplaire » de la nation.
Cependant, « Cette inscription les arrache à leur histoire originelle en leur faisant subir « une immense métamorphose »….

Régis Debrayse se distingue par une posture qui rencontre celle des architectes contemporains, qui admettent que les grandes commandes publiques débouchent au moins sur la « monumentalité ». La conception de ces monuments tient une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Fiche de lecture de daniel fabre
  • Daniel fabre "faire sa jeunesse au village"
  • Daniel fabre, faire sa jeunesse au village
  • habiter
  • Monument
  • Monument
  • Daniel
  • Daniel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !