De la problématique de la domination coloniale à celle de l’hégémonie impériale

21332 mots 86 pages
Questions de Recherche / Research in Question N° 18 – Juin 2006

Les sciences sociales et le « moment colonial » : de la problématique de la domination coloniale à celle de l’hégémonie impériale
Romain Bertrand

Centre d'études et de recherches internationales Sciences Po

Les sciences sociales et le « moment colonial » : de la problématique de la domination coloniale à celle de l’hégémonie impériale
Romain Bertrand (CERI-FNSP)∗ Chargé de recherche FNSP/CERI

Résumé
La place prise par l’hypothèse – souvent devenue postulat – de la « permanence » ou de la « rémanence » contemporaines des imaginaires et des pratiques de domination propres aux « situations coloniales » invite à essayer d’esquisser un premier état des lieux du renouveau de l’historiographie du fait colonial. Après avoir passé en revue les principales lignes de force de cette historiographie, l’on s’efforcera de montrer, au regard du cas sud-est asiatique, que la compréhension des dynamiques du moment colonial des sociétés politiques noneuropéennes gagne à être raccordée à une interrogation comparatiste sur la notion d’hégémonie impériale. Il s’agira plus précisément de rappeler que les sociétés politiques d’Asie du Sud-Est vivaient, à la veille de leur « rencontre coloniale » avec l’Europe, sous le régime de modes spécifiques d’entrée en modernité étatique – et, ce faisant, de pointer les phénomènes d’enchâssement des historicités impériales. Analyser le moment colonial de l’Insulinde ou de l’Indochine non plus comme l’unique point d’origine des entrées en modernité (étatique, capitaliste, individualiste), mais comme une séquence d’une histoire impériale ‘‘eurasiatique’’ de « longue durée », c’est en effet se donner les moyens de penser l’histoire des sociétés asiatiques dans son irréductible spécificité.

Abstract
The idea that the colonial past keeps surfacing in contemporary political situations has been turned by some post(-)colonial theoreticians and militant writers into an

en relation

  • Aras
    2540 mots | 11 pages
  • Fiche de lecture stuart hall
    2039 mots | 9 pages
  • Le Post
    38495 mots | 154 pages
  • Polyte et le postcolonialisme
    2385 mots | 10 pages
  • Francais
    3577 mots | 15 pages
  • La mondialisation et les nations
    6213 mots | 25 pages
  • L'orientalisme de edward said
    6387 mots | 26 pages
  • Le nationalisme en europe
    21327 mots | 86 pages
  • Droit
    5620 mots | 23 pages
  • Sensibilisation à la geographie economique
    6741 mots | 27 pages