De l'horrible danger de la lecture

523 mots 3 pages
VOLTAIRE « De l’horrible danger de la lecture » (1765)

Généralités sur le texte

- Pamphlet qu’imagine Voltaire en pastichant un jugement oriental

- Court écrit de nature satirique.

- Genre littéraire dont Voltaire à beaucoup user pour son combat contre l’intolérance et l’obscurantisme auquel conduise, selon les églises et les dogmes chrétiens.
- Propos tout à fait emblématique des Lumières.

- Le locuteur soutient une thèse inverse à celle de l’auteur, les propos de l’auteur sont exprimés explicitement.

Présentation de l’auteur et de l’œuvre

Pamphlet écrit par Voltaire en 1765.

II vit dans son château de Ferney

Il a été embastillé, pour ses audaces.

Il est l’ami des grands et des monarques, il résidera chez Frederic II de Prusse.

Les deux thèses du texte

Thèse de Joussouf Chéribi (explicite) :

Thèse : très clairement explicité
Présentation du texte : se présente comme un rendu de jugement
=> les arguments sont explicitement énoncés
1 – « pour les causes ci-dessous »
2 – La numérotation

Un argumentaire en six points

Conclusion : = une défense, une interdiction : « ne jamais lire aucun livre »

Le texte est structuré comme un arrêt de justice => L’énoncé des titres de son auteur
=> formule de salutations
=> énoncé de la condamnation au début et à la fin
=> Argumentaire ordonné
=> L’emploi du conditionnel et de la forme impersonnelle
=> Rappel du bénéfice : « pour l’édification des fidèles »

Thèse de Voltaire (implicite) :

Utilisation du ridicule :

- La présentation de l’auteur du jugement - Joussouf Chéribi, moufti du St Empire Ottoman (la consonance du nom)
- l’Adresse au destinataire - Alliance des termes « sottise et bénédiction » (averti le lecteur que le contenu du texte est a recevoir de manière antiphrasique)

Implicite :
=> Le titre « De l’horrible danger de la lecture », au XVIII, la lecture est considérée comme une source de connaissance et de réflexion.

en relation