Developpement

Pages: 5 (1242 mots) Publié le: 29 avril 2013
Français développement

Parodier la tragédie pour faire rire
1. Les registres et les thèmes de la tragédie
2. Détournement burlesque de ces registres
II. Un passage qui détourne les spectateurs des passions
Agnès, la force de la parole conquise
Arnolphe, l’aliénation provoquée les passions

Molière dramaturge, comédien et metteur en scène majeur du 17eme siècle a écritl'École des Femmes en 1663. L'extrait de l'acte V, scène 4 met en scène Arnolphe qui
apparaît ridiculement pathétique et où Agnès prend le dessus grâce à sa conquête de la parole. Dans un premier temps nous analyserons de quelle manière la tragédie est t-elle parodier pour faire rire et ensuite comment l'un des passages a pour effet de détourner les spectateurs des passions.

Dans l'acte V, scène 4,Molière utilise les registres et les thèmes de la tragédie. Arnolphe après avoir tenu des propos d’amoureux transi (v. 1569-1595), adopte une autre stratégie. Il prend le masque du héros tragique et en adopte le langage. Il recourt ainsi au lexique usuel dans des tragédies. C’est le cas tout d’abord du vocabulaire de la passion amoureuse : « tendresse » (v. 1570, 1581), «cœur» (v. 1570), «soupiramoureux» (v. 1587), «passion» (v.1598), « ma flamme » (v. 1604). Puis on trouve le lexique de la fureur et de la menace : « traîtresse » (v. 1572, 1580), « ingrate » (v.1600), « cruelle » (v. 1604), «courroux» (v. 1607), «vengera» (v. 1611). On relève même le champ lexical de la mort : « regard mourant » (v. 1588), « me tue » (v. 1603). Certains vers pourraient même appartenir à une tragédie et auregistre pathétique qui la caractérise. C’est particulièrement vrai du vers 1607, qui commence par une exclamation de douleur et se compose de plusieurs figures de style : anaphore (« trop me »), une gradation ascendante (« braver » / « pousser mon courroux ») et un rythme binaire. L’accumulation de questions et l’anaphore «veux-tu» dans les vers 1600 à 1603 rappelle également le style de latragédie. Les gestes que le vieillard se dit « prêt » à exécuter pour « prouver sa flamme » appartiennent aussi à l’univers tragique.
Si la scène ne sombre pas dans la tragédie, c’est tout simplement parce que l’on a affaire à une parodie de tragédie. Arnolphe n’est pas crédible en héros tragique. Tout d’abord, il n’en a que partiellement le langage. À la hauteur tragique se mêlent des mots ouexpressions familières (« petite traîtresse », «mon pauvre petit bec») voire triviales (« te caresserai », « te bouchonnerai », « te baiserai », « te mangerai »). Ainsi, à un premier vers qui pourrait appartenir à la tragédie, « Vois ce regard mourant, contemple ma personne », succède un alexandrin avec un mot vulgaire : « Et quitte ce morveux et l’amour qu’il te donne » (v. 1588-1589). Ensuite, Arnolpheconnaît imparfaitement les gestes du héros tragique. Le suppliant ne s’arrache pas « un côté de cheveux », cette précision est ridicule et suggère que le personnage n’est pas disposé à renoncer à sa chevelure. Ces décalages burlesques provoquent le rire. Enfin, Arnolphe n’est pas crédible en héros tragique car il n’en a pas la grandeur. Il lui manque la noblesse d’âme. Ces revirements sont tropbrusques et n’apparaissent pas comme le fruit d’un être en proie à un conflit intérieur. Bien au contraire, on y voit les réactions tyranniques d’un enfant capricieux à qui on a refusé ce qu’il demandait. Car Arnolphe s’abaisse trop en suppliant Agnès : il s’avilit. Il cesse d’être un tuteur ou un père et devient un enfant. L’excès qui ressort de ses paroles le tourne en ridicule et le discréditeaux yeux du spectateur, d’autant que son attitude est en parfaite contradiction avec son autoritarisme ordinaire. Cet excès est sensible dans la sensuelle promesse d’amour des vers 1595-1596, surabondant en procédant dés d’insistance : pléonasmes hyperboliques (« sans cesse », « nuit et jour »), anaphore en « je te » qui matérialise l’union, gradation ascendante, et même allitération et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • DEVELOPPEMENT
  • Developpement
  • Developpement
  • Développement
  • Le developpement
  • développement
  • Developpement
  • Développement

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !