Disertation : puis-je connaitre autrui ?

1534 mots 7 pages
Dissertation

Sujet : Puis-je connaitre autrui ?

L’existence d’autrui n’est sujet philosophique que depuis la découverte du Cogito par Descartes. En effet, si « je » est la seule certitude, le fait qu’il y ai un « autrui »peut être quelque chose de problématique. C’est alors que Descartes cherche a prouver l’existence de Dieu afin de prouver l’existence d’autrui. C’est donc le solipsisme, c’est-à-dire l’existence d’autrui selon Descartes qui nous amène a nous demander si il est possible que je puisse connaitre autrui ? Car Dieu serai le seul apte a comprendre parfaitement les Hommes.
Mais, dans quelles mesures puis-je connaitre autrui ? Quelles sont les obstacles qui font que ma connaissance d’autrui semble impossible ? Comment se fait-il alors que je sois apte à connaitre autrui mais seulement approximativement ?

Tout d’abord, la possibilité que je puisse connaitre autrui est réelle. En effet, le mot Autrui du latin « alter huic » devient « alter ego » autrement dit, cela signifie l’autre mais aussi soit même. Cette contradiction, permet d’affirmer qu’en autrui je me perçois moi-même, je me découvre moi-même.
Etre seul c’est-à-dire sans autrui provoque un manque, le besoin d’autrui est donc essentiel, peut-être est-ce donc parce qu’il m’aide à me découvrir moi-même ?
L’exemple le plus parlant est celui des enfants, en effet ils ont besoin d’autrui pour se construire, ils se construisent donc à travers l’autre, adoptent le même fonctionnement, cela nous permet d’affirmer que je peux connaitre autrui. C’est autrui qui me permet d’accéder à l’Humanité et d’abord à la mienne c’est donc qu’autrui me connait et que je le connais.
Comme l’affirme d’ailleurs Socrate, on se réfléchi en autrui, qu’autrui est un miroir de nous-même. En ce sens, je peux donc connaitre autrui puisque je me connais moi-même.
Aussi, selon Descartes, je peux connaitre quelqu’un qui m’échappe puisque je suis apte à connaitre son

en relation

  • Y a-t-il une servitude volontaire ?
    29087 mots | 117 pages