Dissertation le théatre du 18eme siècle

Pages: 26 (6312 mots) Publié le: 23 mars 2012
Dissertation : le théâtre du XVIIIème s.



Introduction :
La comédie est un genre théâtral remontant à l’antiquité avec des auteurs latins comme Plaute et Térence. Mais c’est aux XVIIe et XVIIIe s. que des dramaturges talentueux comme Molière, Beaumarchais ou Marivaux définissent les Lettres de Noblesse de la comédie, en s’intéressant plus particulièrement à un thème : les relations entremaîtres et valets. Selon un critique contemporain, dans le théâtre de Marivaux, on assiste à « l’affrontement théâtral de deux langues au moins : la langue des maîtres, dans son élégante simplicité ; la langue plus bariolée, souvent impropre mais plus vivante des valets. » Mais l’opposition des classes dans le théâtre du XVIIIème siècle, comme semble l’affirmer ce critique, s’exprime-t-elleseulement par une opposition des « langues » ? Ou existe-il d’autres contrastes visibles entre les maîtres et leurs valets ? Nous verrons ainsi les arguments validant la thèse d’une unique différence linguistique entre les maîtres et leurs subordonnés, avant de s’intéresser aux autres oppositions notables entre les deux classes sociales. Enfin, nous nous poserons la question de savoir s’il existevraiment de grandes différences entre maîtres et valets.


I> Une différence entre la « langue » des domestiques et celle des maîtres

Dans le théâtre, l’opposition des classes sociales reconstituant la hiérarchie de l’époque s’exprime essentiellement par un contraste linguistique entre deux classes. D’un côté nous retrouvons les maîtres ayant un langage distingué et courtois, et de l’autre leurvalet, bien souvent caricaturé : comme Arlequin ce vil, sournois, et voleur serviteur de la Commedia dell Arte, possédant un langage plus populaire, aux expressions beaucoup plus « vulgaires » et simplistes.

A/ La langue révélatrice d’une classe sociale :
C’est en effet « la langue » des valets et celle des maîtres qui fera douter la noble Silvia sur l’identité de son futur époux Dorante,dans l’œuvre de Marivaux : Le Jeu de l’amour et du hasard. Ainsi Dorante,jeune homme de haute condition sociale, et sa promise Sylvia ont tout deux l’idée d’échanger de rôle avec leur valet dans le but de mieux pouvoir s’observer, et prendre la décision de s’épouser ou non. Très vite Dorante s’éprend de la vrai Sylvia malgré son costume de « servante ». Silvia en revanche n’avouera pas sessentiments pour le jeune homme, puisqu’elle ne peut épouser un valet sans perdre sa condition sociale contrairement à Dorante. C’est ainsi qu’elle remarque les qualités sociales du jeune noble déguisé, et fait même la remarque très perspicace après avoir parlé à Dorante et à son domestique qui se fait passer pour lui : « Que le sort est bizarre ! Aucun de ces deux hommes n’est à sa place.». Et laconstatation est très rapide puisque Sylvia a à peine échangé quelques mots avec Arlequin, le valet de Dorante. Ce sont les manières brusques et surtout les paroles de ce valet qui ont traduit sa véritable condition sociale à la jeune femme, Arlequin devient ainsi aux yeux de Silvia un « homme de mérite à bon marché ». Les manières peu raffinées du valet ont été traduites par son langage : pour Arlequin lemariage est une « bagatelle » alors que pour la jeune femme c’est une véritable institution ; de plus, l’empressement du domestique choque Sylvia : il entre dans la maison du père de la jeune noble en désirant voir son « beau père » et sa « femme », alors qu’il n’a jamais rencontré la jeune femme qu’il doit épouser. Arlequin n’est pas à la hauteur d’imiter son maître, tout au long de la pièce lechoc entre les langues apparaîtra de plus en plus net, car même quand il essaie de séduire ce qu’il croit être la vrai Silvia il utilise des termes assez simples et des comparaisons peu valorisantes : la jeune femme devient le « joujou » de son âme et sa présence et comme du « vin délicieux », ce qui nous laisse deviner le penchant alcoolique du personnage. De plus, il conserve ses expressions...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Theatre du 18eme siecle
  • Theatre 18eme siecle
  • Censure au theatre du 18eme siecle
  • Théatre au 18eme siecle
  • Sur le 18eme siecle
  • Le 18eme siecle
  • Le 18ème siecle
  • 18eme siecle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !