DM PHILO

1093 mots 5 pages
Le mot «travail» vient du mot tripalium en latin qui désigne un instrument de torture.Depuis l'Antiquité il est souvent vu comme une malédiction car ce travail est pénible et il peut avoir des conséquences parfois négatives. Pour Aristote, l'homme qui philosophe accomplit bien plus son humanité que l'homme qui travaille, pour lui le travail était réservé aux esclaves. De plus, le travail est associé à la souffrance.Travailler c'était s'animaliser, car c'était répondre aux besoins fondamentaux et animaux, c'est-à-dire une corvée vitale et nécessaire. Le travail peut donc être une contrainte.

Cependant, il peut également être une nécessité. Le travail désigne l'activité par laquelle l'homme produit des valeurs d'usage en transformant la nature pour l'adapter à ses besoins naturels ou sociaux. Par travail, on entend tout de même aussi toutes les activités rémunérées. Le travail permet à l'homme de jouer un rôle dans le société. Travailler, c'est agir pour assurer sa survie et son confort sur les plans matériels et intellectuels. Le confort nécessite plus de travail que la survie, mais il est plus satisfaisant.

Si le travail est une contrainte alors en quoi peut-il être une nécessité ? Puisque le travail est une nécessité, est-ce qu'il peut devenir un obstacle à la liberté ?N'est-il pas cependant une condition de l'accomplissement de l'humanité ?

Le travail est vu comme une contrainte car il est vécu par des conditions pénibles. Ce n'est pas par le travail que l'Homme s'affranchit de la nature et donc conquiert sa liberté et son humanité. Chaque Homme a le devoir de travailler. Selon Marx, le travail ne doit pas être pensé dans l'horizon de la survie c'est-à-dire par exemple si l'on ne travaille pas cela ne veut pas dire que nous pouvons pas survivre.
En effet, travailler c'est assurer sa survie matérielle mais aussi c'est pouvoir manger, s'habiller, se loger et se soigner. Comme dit l'expression « Tout travail mérite salaire» c'est donc grâce au travail

en relation

  • DM PHILO
    2017 mots | 9 pages
  • Dm Philo
    395 mots | 2 pages
  • Dm philo tes
    1151 mots | 5 pages
  • Dm philo
    369 mots | 2 pages
  • Dm de philo
    930 mots | 4 pages
  • Dm philo
    1430 mots | 6 pages
  • Dm philo
    427 mots | 2 pages
  • Dm de philo
    1464 mots | 6 pages
  • dm philo
    283 mots | 2 pages
  • Dm philo intro
    349 mots | 2 pages