Domaine : littérature et débats d’idées - grandeur et misère de l’homme

Pages: 7 (1576 mots) Publié le: 5 août 2010
Gaston Bachelard

1/4

français 1884-1962 première lecture conseillée : "Le nouvel esprit scientifique"

SA VIE
Né à Bar-sur-Aube, il commence sa carrière dans les postes, et passe vers trente ans sa licence de mathématiques. Mobilisé de 1914 à 1919, il change d'orientation après la guerre et devient professeur de physique-chimie à Barsur-Aube. Il obtient l'agrégation de philosophie en1922, puis le doctorat en 1927. Il devient professeur d'histoire et de philosophie des sciences à Dijon en 1930, puis à la Sorbonne de 1940 à 1954. Il reçut le grand prix national des Lettres pour son œuvre.

SON ŒUVRE
Son œuvre comporte deux volets différents. D'abord une importante partie épistémologique, avec notamment " Essai sur la connaissance approchée" (1928), "Étude sur l'évolution d'unproblème de physique, la propagation thermique dans les solides" (1928), "La valeur inductive de la relativité" (1929), "Le pluralisme cohérent de la chimie moderne" (1932), "Les intuitions atomistiques" (1933), "Le nouvel esprit scientifique" (1934), "L'expérience de l'espace dans la physique contemporaine" (1937), "La formation de l'esprit scientifique" (1938), "La philosophie du non" (1940), "Lerationalisme appliqué" (1949), "L'activité rationaliste de la physique contemporaine" (1951), "Le matérialisme rationnel" (1953). Ensuite une partie portant sur l'imagination créatrice, avec notamment "La psychanalyse du feu" (1938), "L'eau et les rêves" (1942), "L'air et les songes" (1943), "La terre et les rêveries de la volonté" ((1948), "La poétique de l'espace" (1957).

Gaston Bachelard2/4

INTRODUCTION A SA PHILOSOPHIE
1. La notion d'obstacle épistémologique De son expérience de professeur de physique-chimie, Bachelard a retenu qu'on analyse mal la situation quand on dit qu'un élève ne comprend pas. Il faudrait dire plutôt qu'il comprend mal, c'est-à-dire qu'il comprend autrement. Car devant un apprentissage, un esprit n'arrive jamais vierge, il arrive toujours muni de sespréjugés, de ses opinions, des expériences non ou insuffisamment réfléchies liées à son vécu. Il faudrait donc nettoyer le terrain avant de construire, car ces préjugés, ces modes de pensée primitifs, "tiennent le terrain" et empêchent toute compréhension objective. Il en va de même avec l'histoire de la pensée de l'humanité. Toute nouvelle compréhension doit d'abord se faire à partir de laliquidation de conceptions anciennes. Il faut se méfier le l'expérience immédiate, qui contient toujours beaucoup plus de préjugés qu'elle ne le suppose, et qui se constitue plutôt selon une logique de l'intérêt (matériel ou psychologique) que sur un travail proprement rationnel. Il faut particulièrement prendre garde à l'opinion, et la tenir pour toujours fausse, puisque, même si elle coïncidaitpartiellement avec la vérité, ce serait par hasard, et sans contenir les raisons qui la justifieraient. Les premières conceptions sont toujours naïves et crédules : " il n'y a pas de vérités premières, il n'y a que des erreurs premières". La recherche de la vérité consiste donc en une rectification permanente des erreurs. Sur cette notion, lire "La formation de l'esprit scientifique". 2. Lapsychanalyse de la connaissance Nous voyons la réalité non telle qu'elle est, mais telle que nous sommes. Pour parvenir à la connaissance scientifique, il est donc nécessaire de s'attaquer à notre connaissance immédiate, pour en éliminer tous les fantasmes, toutes les projections psychologiques inconscientes que nous y mêlons. Il faut donc entreprendre une véritable psychanalyse de nos mythes, de nosillusions, pour débarrasser l'esprit de tous ces obstacles, pour la plupart inconscients, qui empêchent une bonne compréhension. Voir par exemple "La psychanalyse du feu". Cependant, si la connaissance scientifique ne peut s'accomplir qu'en purifiant la raison de toute cette subjectivité psychologique, il reste légitime au contraire que les poètes la cultivent. Il faut donc distinguer entre ces deux...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Comment la littérature rend –elle compte de la « misère » et de la « grandeur » de l’homme ?
  • La littérature dans les débat d'idées
  • Misère et grandeur de l'homme
  • La littérature dans le débat d'idée
  • La littérature dans le débat d'idée
  • Dissert role litterature dans débat d'idées
  • Débat d'idées
  • Debats d'ide

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !