Droit romain

1153 mots 5 pages
Le droit romain, tel qu'il s'est élaboré des premiers siècles de la République au Bas-Empire, fut l'objet d'une compilation ordonnée par l'empereur Justinien. Le Corpus Iuris Civilis, établi de 528 à 534, est composé d'un manuel de droit pour débutants (Institutiones ou Institutes), d'un thésaurus de la jurisprudence (Digesta ou Digeste, aussi appelé Pandectes) et des constitutions impériales (Codex ou Code et Novellae ou Novelles). Il est la compilation la plus importante de droit romain et le corpus juridique le plus complet qui nous soit parvenu de l'Antiquité. Il a influencé, notamment à travers les grandes codifications européennes des XIXe et XXe s., la plupart des ordres juridiques actuels, aussi bien en Europe continentale qu'en Amérique latine et même, partiellement, en Asie. Il a laissé quelques traces dans le droit anglo-saxon.
Malgré les invasions germaniques, le droit romain ne disparut pas brutalement. On en trouve des extraits notamment dans la lex romana Burgundionum (Loi Gombette) et dans la Lex romana Curiensis. Il s'effacera cependant largement devant le droit coutumier, avant d'être redécouvert quelques siècles plus tard.
Dans le territoire de la Suisse actuelle, comme partout en Europe, l'influence du droit romain s'est exercée principalement par quatre voies: la formation universitaire, la doctrine savante, la législation et la jurisprudence. Après la redécouverte en Italie, à la fin du XIe s., du Corpus Iuris Civilis, des étudiants de toute l'Europe continentale affluèrent dans les écoles de droit romain et canon, créées en Italie du Nord à partir du début du XIIe s., à Bologne, Pavie, Padoue, Sienne et Pérouse. De retour dans leurs patries, ces jeunes juristes appliquaient leurs connaissances de droit romain aux droits locaux, souvent coutumiers, au point que, aux XIIIe et XIVe s., le droit romain était considéré comme droit subsidiaire complétant le droit local. Vers la fin du XVe s., on considérait même que le droit romain était ius

en relation

  • Droit romain
    8235 mots | 33 pages
  • Droit romain
    649 mots | 3 pages
  • Le droit romain
    1829 mots | 8 pages
  • Droit romain
    5706 mots | 23 pages
  • Le droit romain
    706 mots | 3 pages
  • Droit romain
    982 mots | 4 pages
  • Droit romain
    377 mots | 2 pages
  • Le droit romain
    12848 mots | 52 pages
  • Droit romain
    29147 mots | 117 pages
  • Droit romain
    1329 mots | 6 pages