Dyspraxie TPE

1417 mots 6 pages
LA DYSPRAXIE
La dyspraxie est une maladie parfois invisible liée au développement du cerveaux qui entraîne des difficultés à la réalisation et à la coordination des mouvements. La dyspraxie est peu connue mais pourtant fréquente, elle touche un enfant par classe et huit garçons pour une fille. Elle touche aussi
50 % de grands prématurés. Il existe différente forme de dyspraxies: la gestuelle, la constructive et la visuo-spatiale. Nous nous intéresserons à la dyspraxie gestuelle qui correspond au trouble de programmation du geste et/ou de son exécution. Nous nous demanderons comment le développement du cerveaux peut aboutir à une Dyspraxie. Nous verrons dans un premier temps la responsabilité du gène Forkhead-boxe P2 (FOXP2) dans l'incohérence des mouvement puis dans un second temps nous verrons le fonctionnement de la maladie dans le corps.
Point de vue l’étymologie: Dys est un préfixe qui vient du Grec et qui exprime l’idée de difficulté, de manque
Praxie est un mot grec qui signifie action, mouvement. Ce mot signifie aussi l’adaptation du mouvement au but recherché.

I- La responsabilité du gène Forkhead-box P2 dans l'incohérence des mouvements. Le gène FOXP2 a été découvert en 1998 par le généticien Anthony Monaco de l'université d'Oxford, au cours d'une recherche sur une famille londonienne qui avait des problèmes d'élocution. On la donc surnommé: « gène de la parole ». Ce gène se situ sur le chromosome sept.

Le risque d’être victime de cette mutation s’élève de 3% à 6% de la population et le ratio est de 6 à 8 garçons pour 1 fille, ce qui montre que la maladie touche plus les garçons que les filles.
La protéine FOXP2 quand à elle est composée de 715 acides aminés divisés en quatre parties qui constitue une région et trois domaines.
Une région riche en polyglutamine codés par des séquences répétitive de codon CAG et CAA. La polyglutamine est un ensemble de glutamine qui est l’un des 20 acides aminés naturels qui est notamment très présente dans le
sang

en relation

  • Cdhb
    569 mots | 3 pages