Eloge de la main , Les mains libres

Pages: 17 (4061 mots) Publié le: 2 décembre 2014
Les Mains libres, publié en 1937, inscrit dans son titre même la revendication d’une absence de contraintes et l’importance de la main, vecteur de contact et de création. Tout au long du recueil, le motif de la main est présent, harmonieusement réparti entre les dessins de Man Ray et les poèmes de Paul Eluard. Nous pouvons donc légitimement nous demander si ce recueil peut se lire comme un élogede la main. Nous analyserons dans un premier temps comment ses différentes représentations constituent un motif privilégié et une célébration, un hommage. Puis nous interrogerons sur l’ambigüité de cette main et ses valeurs plus négatives.
I La main est un motif privilégié dans le recueil
Man Ray, qui s’est imposé comme peintre du désir et comme génial photographe de la femme, privilégie le nudans ce recueil : un dessin sur deux est un nu, trois femmes sur quatre sont dénudées. S’inspirant du genre du blason, il s’appesantit sur certains détails corporels dont la chevelure, les yeux et la main, emblèmes de la beauté et de la sensualité.
- Ainsi le titre "Belle main" (p.69)  associe le mot « main » non plus à l’adjectif « libre », mais à « belle », sans déterminant avant le nom. Lerecours au singulier, par opposition au pluriel du titre du recueil suggère une forme de généralisation.
Dans la préface, Eluard en affirmant qu’ « il y a plus de merveilles dans une main tendue, avide, que dans tout ce qui nous sépare », accorde d’emblée au motif de la main se charge une valeur positive, notamment lorsqu’il s’agit de célébrer la présence de la femme ou de la représenter dansl’extase.       Il s’agit souvent en effet, à travers cette main d’encenser la femme et d’exalter sa présence. Ceci est surtout net dans la première section du recueil, puisqu’on ne rencontre aucune main de femme en premier plan, mis à part celle de « Brosse à cheveux » dans la seconde moitié du recueil. Man Ray s’appuie souvent sur une main pour suggérer la féminité sans renvoyer à une femmeparticulière : le motif de la main coupée lui permet ainsi d’évoquer la présence de n’importe quelle femme, chaque lecteur pouvant lui prêter les traits de celle à qui il pense en particulier. Dans ce cas, le portrait se réduit à une synecdoque ou à une métonymie, un gant pour l’élégance dans « La toile blanche », une main fine comme écartant une (flam)mèche de cheveux dans « L’évidence », voire une maind’homme qui sert à souligner la sophistication de la coiffure dans « Le désir », une main de femme, dont la façon de tenir le livre montre la délicatesse, dans « La lecture » (d’ailleurs, dans ce dessin, seule la main est vivante, le visage à moitié dissimulé par le livre s’apparente à celui des statues). Ces mains sont en outre souvent tendues comme pour réclamer, pour traduire le désir. Dans "Le don",l’expression "dans mes mains tendues", signifie que le poète tend ses mains vers un corps effectivement représenté dans le dessin.
De la sorte, cette main se voit associée à la représentation du plaisir et de la jouissance. Elle n’est jamais lourdement démonstrative, mais au contraire légèrement suggérée par un geste ou une mimique, une tête renversée ou une main accompagnant le corps. On trouveainsi le geste de mains soutenant le cou deux fois répété, mais avec des valeurs très différentes.  Cette main s’impose comme nettement érotique dans « La mort inutile » : le visage se renverse, les jambes, ouvertes presque en ciseau, ne cachent pas la toison pubienne, et l’ombre projetée sur le mur qui, faisant fi du réalisme par le dessin d’un profil masculin, suggère l’amour en acte.Elle se faitbeaucoup plus discrète dans « Le temps qu’il faisait le 14 mars » : une jeune femme semble contempler le ciel, le cou soutenu par de longues mains diaphanes. Présence d’un dolmen vaguement phallique, au loin, peut suggérer la sexualité. Le poème ignore ce symbole, et  ne tient que peu compte du dessin : il s’apparente à une page de journal où le poète se rappellerait sa jeunesse devant le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La Main Dans Les Mains Libres
  • Le recueil Les Mains Libres (dessins et poèmes) peut-il être lu comme un éloge de la main ?
  • R Le Et Symbole De La Main Dans Les Mains Libres Blandine
  • Fiche de revision les main libres 4 Les femmes dans les mains libres
  • Fiche de revision les main libres 2 Découvrir les mains libres
  • les mains libres
  • Le th me des mains dans Les Mains Libres
  • les mains libres

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !