Esclavage : n’ets pas une mythe, c’est une réalité

1084 mots 5 pages
ESCLAVAGE : N’ETS PAS UNE MYTHE, C’EST UNE RÉALITÉ

L’esclavage a toujours existé depuis que les hommes sont organisés en société. Le travail a fait des hommes des exploiteurs ou des esclaves. Un esclave se trouve sous la dépendance absolue d’un maître qui a la possibilité de l’utiliser comme un bien matériel. Il est privé de liberté et est soumis à un travail forcé qui est non rémunéré. L’esclave est considéré comme la propriété de son maître qui l’exploite. Il peut être acheté, loué ou vendu comme un objet .
A travers le temps des personnes qui n’étaient pas directement touchés par cette situation, niaient son existence, mais cette perception a changé grâce aux dénonciations publiques faites par de grands écrivains comme Léopold Sédar Senghor, un écrivain, poète et homme politique Sénégalais, qui par ses œuvres dénonce les injustices contre le peuple Africain Noire, montrant au monde une réalité niée, mais existante. Ses œuvres sont pleines de plaintes mais aussi de la fierté Africaine. La lecture de ses œuvres nous fait nous interroger : Est-ce que l’esclavage est un problème du passé ou des formes de l’esclavage ancien persistent encore ? Est-ce que le monde donne la possibilité à homme d’être libre et donc de disposer d’une manière autonome de lui même ? Pour répondre à ces questions nous parlerons du thème de l’esclavage : Le racisme, la négritude comme un mouvement politique et littéraire et pour finir la Francophonie comme un moyen de dénonciation, nous nous baserons sur cet auteur pour donner plus de clarté à ces questions.

« Le racisme est un comportement assez répandu, commun à toutes les sociétés, devenu hélas !, banal dans certains pays parce qu’il arrive qu’on ne s’en

L'évolution des cultures montre que le phénomène du racisme est fondé sur l'idée que les hommes ont de la diversité. Dans la Grèce antique l'affirmation d'une identité collective à l'encontre de certains groupes ethniques et certains groupes de population, s'est traduite par

en relation

  • Liberté publique et droits fondamentaux
    43140 mots | 173 pages