Etre libre est-ce faire ce qu'il nous plaît ?

594 mots 3 pages
Le Phlogistique

Etymologiquement, phlogiston (flogiston) est un adjectif grec signifiant inflammable. Il fut employé la première fois par Aristote pour désigner une combustion accompagnée de flamme. Il fut repris au XVIIème siècle dans un concept encore dérivé de l’alchimie. En effet, lorsque G. E. Stahl a employé à nouveau ce terme, c’était pour nommer la terre sulfureuse ou inflammable que Johann Joachim Becher (1635 – 1682) considérait, avec la terre vitrifiable et la terre mercurielle, constituant de tous les corps composés.

Georg Ernst Stahl (1660 – 1734)

Chimiste et médecin allemand né en Bavière, Stahl [1, 15] fut d’abord le médecin du duc de Saxe – Weimar (1683), avant d’être nommé professeur de médecine en second à l’université nouvellement fondée de Halle (1693) ; puis médecin du roi Frédéric-Guillaume Ier en 1716 à Berlin, jusqu’à la mort de celui-ci.

Il reprit les travaux de Becher sur le phlogistique en se libérant toutefois des conceptions alchimiques traditionnelles de ses prédécesseurs. En cela il devint le premier chimiste de son temps. Il repris le terme d’Aristote pour désigner la terre inflammable ou sulfureuse. D’après lui, le phlogistique donne leur couleur et leur odeur aux substances dont il est un constituant, mais il ne peut être combiné à l’eau. C’est pourquoi l’eau ne brûle pas.

Il se combine très facilement et très étroitement avec les substances solides, et tous les corps en contiennent des quantités plus ou moins importantes, surtout les animaux et les végétaux ; il est abondant dans les corps gras, le charbon, le soufre, etc.

Dispersé dans l’air, le phlogistique est absorbé par les plantes et passe ensuite au règne animal. Stahl a même essayé de l’obtenir à l’état pur en brûlant de l’huile de térébenthine dans une cuiller et en recueillant la suie qui se dégageait sur une autre cuiller froide.

Ainsi, toute matière combustible était riche en phlogistique, et le processus de la combustion était synonyme de perte de

en relation

  • Etre libre est-ce faire ce qu'il nous plait ?
    1589 mots | 7 pages
  • être libre, est ce faire ce qu'il me plait?
    1149 mots | 5 pages
  • Être libre est ce faire ce qu’il nous plait ?
    341 mots | 2 pages
  • Etre libre, est-ce faire ce qu'il nous plaît?
    272 mots | 2 pages
  • Etre libre est ce faire ce qu'il me plait ?
    3201 mots | 13 pages
  • Etre libre est-ce faire ce qu'il nous plait ?
    285 mots | 2 pages
  • Si je veux etre libre, puis-je faire ce qu'il me plait?
    369 mots | 2 pages
  • La liberté consiste-t-elle faire ce qu'il nous plaît ?
    1322 mots | 6 pages
  • La Liberté est ce faire ce qui nous plait
    2377 mots | 10 pages
  • Etre libre est-ce faire ce qui nous plait ?
    1754 mots | 8 pages