Explication de texte: la cerise, berkeley

Pages: 6 (1300 mots) Publié le: 2 janvier 2012
EXPLICATION DE TEXTE

L’homme, qui est un être d’esprit, a par définition conscience de ce qui l’entoure. Il s’est toujours essayé à discerner le réel, le vrai, ce qui existe. S’il a été montré que l’on pouvait au moins se persuader de sa propre existence («je pense donc je suis»), il est moins aisé d’affirmer que ce qui n’est pas moi existe. Alors qu’on est incapable de prendre la placed’autrui, on ne peut pas mieux prendre celle d’un objet pour en repérer la nature. Les théories quant à l’existence du monde en dehors de soi sont diverses et variées. Kant exprime ainsi sa propre conception : «La conscience simple, mais empiriquement déterminée, de ma propre existence, prouve l’existence des objets dans l’espace et hors de moi.» Dans le troisième dialogue entre Hylas et Philonous,Berkeley ne tire pas cet enseignement directement de la conscience de soi mais de ce qui y est lié : la perception sensible humaine.
Il pose ici le problème suivant : le réel se réduit-il à ce que l’on perçoit ? Par l’exemple de la cerise, il répond par la positive en soutenant la thèse qu’«elle n’existe pas à part des sensations», que «sa réalité n’est rien si on l’abstrait de ces sensations».Autrement dit, une chose n’est réelle que si l’on peut la percevoir.
L’auteur montrera d’abord comment la cerise est perçue à travers diverses sensations, puis comment celles-ci s’accompagnent et s’unissent en une même idée. Enfin, il conclut sa thèse en concédant par l’hypothèse d’une existence de la cerise indépendamment de la perception qu’on en a, que cette existence est incertaine.

Pourillustrer son propos, Berkeley utilise l’image de la cerise. En donnant ainsi un exemple singulier, il évite de généraliser et permet une approche d’une perception ordinaire par un sujet existant, quelconque. La situation est aisément imaginable pour tous : «Je vois cette cerise, je la touche, je la goûte». Chacun ayant déjà été amené à vivre cette expérience, l’auteur souligne de la sorte que l’existenceapparemment évidente de la cerise est liée uniquement à la perception que nous en avons. Il poursuit son argumentation avec un raisonnement par l’absurde, par lequel il nous prouve la certitude que ce qui n’existe pas ne peut être perçu par les sens. On ne peut toucher, voir ou goûter le néant, mais c’est ce qui nous permet d’affirmer que la cerise est réelle. En effet, c’est parce qu’on peut endistinguer la couleur, en reconnaître l’odeur, en ressentir la souplesse et l’acidité, que l’on peut s’assurer qu’elle existe. Berkeley pousse l’idée plus loin en affirmant que celle-ci n’existerait pas du tout si on ne la percevait pas. « Être, c’est être perçu » car on ne peut déterminer ce qu’est une chose si l’on ne peut la percevoir. Il en déduit donc qu’il n’y a rien d’existant en dehors dece qui est perçu. Pour autant, si la cerise est jetée à la poubelle et que le sujet s’en éloigne, cesse-t-elle d’exister ? C’est du moins ce que l’auteur laisse à penser dans le sens où pour lui, l’objet n’existe plus pour le sujet, indépendamment de sa perception.
Sa doctrine s’oppose à l’idée que la réalité est la matière. Idéaliste, celle-ci développe la théorie que cette réalitérepose sur l’esprit.

Propre à chacun, la sensibilité que nous prêtons à une chose n’est pas la même d’un individu à un autre. Autrement dit, je vois le monde comme je suis, non comme il est. La représentation que l’on se fait de la réalité est alors subjective. Chez l’homme, spectateur des choses offertes à ses sens, une action s’oppose à la passivité attribuée à la perception, à lacontemplation du monde. Celle, instinctive, de l’entendement c’est-à-dire «l’intelligence» qui nous permet d’associer une multitude de sensations à un même concept. La perception que l’on a de la cerise passe par toute une série de qualités sensorielles qui «s’accompagnent les unes les autres». La réception passive d’impressions sensorielles provoque alors une liaison intellectuelle de celles-ci pour ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Explication de texte l'idylle au cerises dans les confessions rousseau
  • Explication de texte : g. berkeley, principes de la connaissance humaine
  • Explication de texte
  • Explication de texte
  • Explication de Texte
  • Explication de texte
  • Explication de texte
  • Explication de texte

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !