Explication et commentaire d’un texte de hobbes

7940 mots 32 pages
L'aliénation du travail mécanisé, la société de consommation, la dégradation des milieux écologiques, l'égoïsme et la vanité liés aux valeurs de l'argent et du prestige social, l'exploitation de l'homme par l'homme : tous ces thèmes inspirent souvent une certaine nostalgie de la nature, c'est-à-dire le regret vague d'un état où l'homme vivait heureux, en harmonie tant avec la nature qu'avec ses semblables. Pourtant est-il bien sûr que l'état de nature soit aussi bénéfique pour l'homme ? Ne sommes-nous pas ici victimes, après tant d'autres, comme Bougainville, qui voyait dans la Polynésie la "Nouvelle Cythère", du mythe du bon sauvage ? Hobbes, quant à lui, affirme dans ce texte extrait du Léviathan (1651) que l'état de nature est un état de guerre perpétuelle, et que seule l'autorité politique établie à l'état social permet aux hommes de vivre ensemble, et même tout simplement de survivre. On voit que la réflexion politique, chez Hobbes, s'articule sur une certaine anthropologie : c'est la conception que l'on se fait de la nature humaine qui commande finalement le type de gouvernement que l'on veut promouvoir. A un homme naturellement pacifique on sera tenté d'attribuer un Etat libéral et respectueux des droits individuels, à un homme belliqueux on voudra imposer un Etat tout-puissant - un Léviathan - qui assure la paix et l'ordre par la force et la crainte. C'est dans le cadre de cette alternative que nous devons étudier le texte de Hobbes qui nous est proposé ici.

Hobbes s'efforce tout d'abord d'élaborer une définition complète et rigoureuse de la guerre, en montrant que cette dernière caractérise justement l'état de nature : on peut résumer cette définition en disant que, pour Hobbes, la guerre est une disposition naturelle durable au combat. Voyons le détail de cette thèse: dans une première phrase très riche, Hobbes établit les rapports entre trois termes: l'état de nature, la guerre et le pouvoir politique : "aussi longtemps que les hommes vivent sans

en relation

  • Explication et commentaire d’un texte de hobbes
    8638 mots | 35 pages
  • Etat de nature
    23461 mots | 94 pages
  • Lettre de j. j. rousseau a m. philopolis
    2269 mots | 10 pages
  • Méthodologie philosophie
    1681 mots | 7 pages
  • Philo
    2426 mots | 10 pages
  • Le léviathan
    16539 mots | 67 pages
  • Rousseau discours sur l'inégalité
    1125 mots | 5 pages
  • Philo
    3266 mots | 14 pages
  • Philo 1
    19831 mots | 80 pages
  • Des souris et des hommes
    3233 mots | 13 pages