exposé sur la philosophie et l'éducation du citoyen dans l'apologie de socrate

Pages: 8 (1862 mots) Publié le: 12 janvier 2014

Cours intégral sur l'Apologie de Socrate, de Platon (III)

Cours n°3 
Pourquoi les Athéniens détestent Socrate



Il est évidemment impossible à Socrate de démontrer qu'il ne professe aucune doctrine. D'une manière générale, il n'est pas possible d'apporter de preuves négatives, et en droit français contemporain, il appartiendrait à l'accusation de prouver que Socrate dispense bel etbien un enseignement ; cependant, un problème se pose dans la mesure où Socrate a de lui-même élargi la cause. L'acte d'accusation ne porte pas directement sur cette question, et c'est Socrate qui l'intègre dans sa plaidoirie. Aussi se trouve-t-il en quelque sorte obligé d'expliquer qu'il n'enseigne aucune doctrine, mais aussi de justifier pourquoi de si nombreuses personnes à Athènes lui en veulentau point de le calomnier et de le tenir pour criminel.

Quelle a été la conduite de Socrate pour qu'on l'inculpe de la sorte ?

I. L'oracle sur Socrate et comment Socrate l'analyse

Socrate raconte (21a) qu'un de ses amis, Chéréphon, lors d'un voyage à Delphes, consulte l'oracle (la Pythie, ci-contre) sur la question suivante : existe-t-il au monde un homme plus sage que Socrate ? Ce à quoila Pythie répond par la négative.

L'épisode, dûment rapporté à Socrate par Chéréphon, plonge l'accusé dans la plus profonde perplexité car lui estime n'avoir en lui "aucune sagesse, petite ni grande" ; du reste, le dieu ne peut avoir menti (un dieu ne ment pas : 21b). 

Désemparé, Socrate se rend chez un important Athénien qui passait pour sage, afin de montrer que ce personnage était plussage que lui et ainsi confondre l'oracle erroné. Quelle ne fut pas la surprise de Socrate de constater que, par ses questions, il embarassait considérablement le "sage" en question ! Celui-ci, homme politique de renom, ne savait en fait rien du tout. La lecture de certains dialogues platoniciens comme le Lachès peut donner une idée assez exacte de la situation : tout comme ce grand général échoue àdéfinir le courage (alors qu'on pourrait de prime abord le croire fort bien placé pour le définir), l'homme politique athénien que Socrate interrogea d'abord dut se trouver en grande difficulté pour expliquer le "bon gouvernement" ou le "meilleur régime". 

Pour mieux le comprendre, imaginons une scène similaire à notre époque : que se passerait-il si un simple citoyen, jusque-là parfaitinconnu, s'employait à interroger Nicolas Sarkozy et finissait par lui faire avouer qu'il ignore ce que signifie la "sécurité" ? Nicolas Sarkozy n'en prendrait-il pas ombrage, et ce d'autant plus que ce simple citoyen l'aurait ainsi embarassé devant ses amis proches, ses admirateurs, voire la France entière (lors d'un débat télévisé, par exemple) ?

Sans surprise, la réaction de l'homme politiqueathénien fut exactement celle-là : "[cette conduite] me rendit odieux à cet homme et à tous ses amis, qui assistaient à notre conversation" admet Socrate (21c-d). Pourtant, la conclusion s'impose : "Quand je l'eus quitté," poursuit Socrate, "je raisonnai ainsi en moi-même : Je suis plus sage que cet homme. Il peut bien se faire que ni lui ni moi ne sachions rien de fort merveilleux ; mais il y a cettedifférence que lui , il croit savoir, quoiqu'il ne sache rien ; et que moi, si je me sais rien, je ne crois pas non plus savoir. Il me semble donc qu'en cela du moins je suis un peu plus sage, que je ne crois pas savoir ce que je ne sais point."

Si la sagesse consiste d'abord à reconnaître son ignorance et à ne pas s'illusionner, autrement dit à percevoir ses propres défauts en toute lucidité,alors Socrate est effectivement plus sage que l'homme politique infatué et perdu dans ses illusions de grandeur. "Connais-toi toi-même" (en grec : Gnôthi seauton), devise inscrite au fronton du temple de Delphes, deviendra ainsi la maxime de Socrate.

Cependant, le problème de Socrate reste entier : il a dégonflé, peut-être, une baudruche, mais cela ne permet pas pour autant de conclure qu'il...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Philosophie et l'éducation du citoyen
  • L'apologie de socrate
  • L'apologie de socrate
  • L'apologie de socrate
  • L'Apologie de Socrate
  • L'apologie de socrate
  • L'apologie de socrate
  • L'apologie de socrate

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !