Faut-il toujours se méfier de l'opinion

1874 mots 8 pages
Faut-il se méfier de l’opinion ?

L’opinion se définit généralement comme une croyance, un avis, un point de vue. Lors d’une discussion, on donne son avis ou on échange des opinions avec ses interlocuteurs. Mais, comme l’expression point de vue le montre, l’opinion semble immédiatement relative à chaque individu, à sa manière de voir les choses. A la différence d’un véritable jugement, elle reste sans fondement et ne relève pas d’une connaissance rationnelle. Ce qui caractérise donc l’opinion, c’est son absence de certitude. Mais peut-on lui faire confiance ? En un sens non, puisque sans fondement, elle est vue comme un avis nourri par la croyance, les premières impressions, les différentes cultures, les différentes classes sociales ou encore les préjugés. Elle s’éloigne de la connaissance vraie puisqu’elle ne peut pas rendre raison d’elle-même.
Toutefois, il arrive que l’opinion soit par hasard vraie, qu’elle coïncide, sans l’avoir cherché, avec la vérité. Rejeter un avis au nom de la vérité, est-ce nécessairement affirmer que l’opinion n’est capable d’aucune vérité ? Ne peut-on pas parler d’opinion vraie ? En effet, si nous la rejetons systématiquement, il devient dès lors difficile d’accepter que des régimes politiques puissent reposer sur ce que l’on nomme l’opinion. Dans ce cas faut-il s’en méfier ? Ici, on ne parle pas simplement de l’opinion dans le domaine de la connaissance, mais dans celui de la politique. Ainsi, un régime tel que la démocratie va reposer sur l’opinion du peuple.
L’opinion est considérée comme étant non fondée mais faut-il cependant toutes les rejeter ? Y-a-t-il pour cela différentes formes d’opinions ? Il se pourrait bien que l’opinion se révèle être vraie même si elle manque de fondement. Mais pouvons-nous nous en remettre à elle ?
Faut-il avoir confiance en l’opinion ou au contraire faut-il s’en méfier ? N’est-elle pas capable d’une vérité ?

On a coutume de définir l'opinion comme une croyance peu fiable, incertaine,

en relation

  • Platon
    3173 mots | 13 pages
  • A chacun sa vérité : les sources et la légitimité de cette formule
    1086 mots | 5 pages
  • La liberté d'autrui
    1041 mots | 5 pages
  • Faut il être seul pour être soi même
    1761 mots | 8 pages
  • Si l’on veut penser par soi-même, faut-il craindre toutes influences ?
    1548 mots | 7 pages
  • vérité et opinion
    1479 mots | 6 pages
  • Pourquoi obéir aux lois
    3159 mots | 13 pages
  • Texe bachelard
    713 mots | 3 pages
  • Domaine : littérature et débats d’idées - grandeur et misère de l’homme
    1576 mots | 7 pages
  • Le journaliste doit-il tout montrer?
    1045 mots | 5 pages