Finance islamique

1668 mots 7 pages
La religion musulmane englobe tous les aspects de la vie spirituelle comme de la vie sociale du croyant, instituant des principes aussi bien pour le rapport de l'homme à Dieu qu'en ce qui concerne ses rapports sociaux et notamment les transactions commerciales.

Dans ce domaine, si le principe fondateur est celui de l'équité et de la transparence, Dieu a precrit ou interdit dans le Coran certaines pratiques. C'est notamment le cas de l'interdiction du prêt à intérêt (Riba), dont la pratique différencie principalement le système bancaire international actuel du système bancaire islamique.

Après une courte présentation du principe du prêt à intérêt, nous examinerons certains arguments opposés par les penseurs à cette pratique, avant d'exposer la position de l'Islam à ce sujet et enfin introduire les principes de base du système bancaire islamique.

Le prêt à intérêt ou "usure" : faire des profits sur les besoins des emprunteurs
[retourner au sommaire]
L'usure, le prêt à intérêt consiste à prêter une somme d'argent à quelqu'un pour un temps donné, qu'il devra ensuite rembourser intégralement mais en payant en plus une somme que l'on nomme "intérêt" et qui représente une sorte de loyer versé pour la "location" de l'argent de prêté.

Dans le pensée occidentale, il existe traditionnellement une distinction entre "usure" et "prêt à intérêt", l'usure étant un prêt à un intérêt très fort. Dans la pensée musulmane il n'existe aucune distinction entre ces deux termes, ceux-ci recouvrant la même pratique.

Le prêt à intérêt critiqué tout au long de l'histoire
[retourner au sommaire]
Même si de tout temps il y eût des penseurs, philosophes et économistes pour défendre l'utilité de la pratique de l'intérêt, il convient de rappeler que cette pratique fût également critiquée tout au long de l'histoire. En voici quelques exemples :

"Ce qu'on déteste avec le plus de raison, c'est la pratique du prêt à intérêt [...]"
Aristote

Dans la grèce antique, Aristote

en relation

  • Finance islamique
    1637 mots | 7 pages
  • Finance islamique
    6074 mots | 25 pages
  • La finance islamique
    3515 mots | 15 pages
  • Finance islamique
    1054 mots | 5 pages
  • Finance islamique
    956 mots | 4 pages
  • Finance islamique
    3268 mots | 14 pages
  • La finance islamique
    1063 mots | 5 pages
  • Finance Islamique
    4525 mots | 19 pages
  • Finance islamique
    3496 mots | 14 pages
  • Finance islamique
    5709 mots | 23 pages