Finances publiques camerounaises

3292 mots 14 pages
DROIT DIPLOMATIQUE CONSULAIRE Pr. J.L. ATANGANA AMOUGOU INTRODUCTION La diplomatie est un métier. C’est un apprentissage académique et professionnel. Ce métier s’exerce dans un contexte spécifique interculturel. Dès lors qu’on parle d’inter-culturalité, cela induit des qualités comme la tolérance. Le diplomate est un négociateur qui défend les intérêts de son pays. Il faut être à la fois rigoureux et souple (trouver le juste milieu). La diplomatie n’évolue toujours que dans un contexte d’opposition d’intérêts. Pour réussir cet exercice, il faut avoir des qualités et compétences que l’on acquiert si l’on a été bien formé ; mais aussi du fait de pratique. L’agent diplomatique assume généralement sa charge à l’extérieur de son Etat et dans une société internationale qui change pratiquement tous les jours. Cette société évolue aussi à travers la technique (téléphone, fax, internet, etc.).Le diplomate est aussi celui qui doit savoir communiquer. Cette évolution technologique peut avoir des conséquences sur le métier de la diplomatie. La révolution technologique a à un certain moment présager la disparition du métier de diplomate ; mais cela ne s’est pas avéré. L e moyen le plus sûr pour communiquer en diplomatie est la valise diplomatique. On se rend compte que malgré l’évolution technologique, les diplomates se trouvent en première ligne pour négocier (préparer un engagement) ; ou alors ils se trouvent en aval pour essayer d’aplanir ce que les chefs n’ont pas eut le temps de faire (aider à finaliser un engagement). Aujourd’hui, le métier s’est diversifié. On parle de diplomatie culturelle, sportive, économique, etc. On peut donc penser in fine que si la diplomatie n’existait pas, les relations interétatiques seraient plus violentes et moins denses. Ce qui révèle une certaine importance du métier de la diplomatie. Cette importance du métier de la diplomatie tranche paradoxalement avec le peu d’intérêt qui est accordé à cette discipline dans la matière que constitue le

en relation

  • typologie de l'entreprise camerounaise
    1542 mots | 7 pages
  • Depenses publique
    2761 mots | 12 pages
  • Absorption de l'aide au cameroun
    22766 mots | 92 pages
  • Repercutions de la crise financière internationale sur les pays emergents
    16354 mots | 66 pages
  • Les banques commerciales du cameroun
    30110 mots | 121 pages
  • Grh afrique
    6305 mots | 26 pages
  • Reglement Bancaire COBAC
    23390 mots | 94 pages
  • IC30
    15332 mots | 62 pages
  • La gestion de la paie
    13250 mots | 53 pages
  • Impact crise finacière et economique internationale au cameroun
    5511 mots | 23 pages